LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO

VALERIAN, Thierry a tout fumé!

SPACE OPERA

LUC BESSON

 

Et pourquoi pas?

Et si, dans le domaine précieux du Space opera, entrer dans le scénario et l'univers bordéliques, mais ô combien foisonnants et généreux, du Valérian de Besson était une expérience autrement plus réjouissante et, finalement, nourrissante que de se cogner le crétin (et dégueulant de mauvais CGI) Thor Ragnarok?

Thierry a donc prit son pied. Il a sniffé toutes les couleurs du film et a fumé toute la moquette du vaisseau de nos deux agents spatio-temporels préférés. Et c'est ainsi, totalement débridé du lyrisme, qu'il nous livre son impression.

Alors voilà : Merci Thierry et bonne lecture à tous !

 

Francisco,

c058436aca9eef9261e9e62d4964e868.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Tout d'abord, bénis soient les adeptes et pratiquants zélés et habiles de la langue de Shakespeare, et dont j'ai la joie et l'insigne honneur de faire désormais partie, après il faut bien le dire de longues années d'apprentissage, car la musique et la tonalité anglaise sied bien mieux à cette histoire.

Respiration, inflexions, et clarté du discours rendent les deux principaux acteurs vraiment plus en phase, psychologiquement et physiquement, avec cette histoire virevoltante.


Et bénis soient donc le Blu-ray, et la « vod indeed », qui permettent au spectateur éberlué de faire de salutaires pauses, tant « Valérian et la Cité des Mille Planètes » est sans doute le « Grand Oeuvre » de Luc Besson qui a mis là tous ses rêves, toutes ses aspirations, et une bonne partie de sa vie.

Un film Kaléidoscope, un film Feu d'artifice, un film Corne d'abondance, un film boîte de Pandore qui déverse à grands flots rugissants, scintillants, tintinabulants et émerveillants des cascades niagaresques de trouvailles multicolores et de perles non moins chatoyantes.
Et c'est la raison pour laquelle, devant le déferlement proprement ahurissant (mais dans le bon sens du terme finalement) des scènes, des histoires et des personnages, il est juste et bon de s'accorder quelques pauses salvatrices, du moins lors des premières séances...

 

valerian-film-image.jpg



Ce film est à l'égal d'un vaste et quasiment infini océan, tout de textures et de créatures entremêlées.

On y trouve des joyaux, des êtres de toutes couleurs, des créatures improbables, des histoires et des fragments de scènes, des films à l'intérieur de films à l'intérieur de films à l'intérieur du film.

 

Ce pourrait être aussi le champ immense, étrange et tournoyant d'une sorte d'inconscient collectif, charriant dans ses plaines des mythes en avalanches, des figures archétypes, des symboles qui ne cessent de chanter et de s'entrechoquer, de se mêler et de se transformer, changeant formes et couleurs comme en un rêve éveillé.

Ce pourrait être enfin la chambre des résonances, laissant virevolter en liberté maîtrisée le défilé bigarré, inspirant et survolté des échos générés depuis ces dernières décades par Hollywood, la Cité aux Mille Films!

Je gage que « Valérian et la Cité aux Mille Planètes », cette oeuvre colossale et véritable Film-Monde, marquera durablement les esprits pour les années et les années à venir. Il faut simplement un peu de temps pour chacun d'entre nous, le temps de la digestion.

Bon Appétit, les ami(e)… !!!

 

 

 

Thierry,

 

 

 

 

Valérian-critique-Valérian-et-Lauréline-drague.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lien vers le blog de Thierry 

 

 

Valerian-en-attendant-le-film-de-Luc-Besson-decouvrez-l-exposition-a-Paris_exact540x405_l.jpg

 

 

 

 

 

 

61HXSyd23bL._SL1000_.jpg

 

VALERIAN  et la Cité des Mille Planètes

2017

2H15

LE BLU-RAY :    Démo Absolue!!!!  Point barre.

Director:

Writers:

(based on the comic book series "Valerian and Laureline" by), (based on the comic book series "Valerian and Laureline" by) | 1 more credit »
 
 
 
 
valerian-trailer-018.jpg


03/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi