LES HEURES LIBRES

LES HEURES LIBRES

NOBODY, c'est Bob qui régale !

Action   Polar teigneux   Comédie
Ilya  Naishuller

 

 

Nobody-affiche-13042.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une bonne petite séance de flinguage,  dévissage de rotules et refonte de façade, c'est toujours bon pour se rincer l'intellect et reprendre pied dans le monde solide.

 

Avec Nobody, pas besoin de déposer tout son cerveau au vestiaire. Humour, clins d'œil et second degré règnent en maître ici. Et quand, en plus, le spectacle est bien filmé, admirablement chorégraphié dans le combat, joliment photographié et, surtout, interprété par un stradivarius (merveilleux contre-emploi!) tel que l'immense, l'irrésistible et fascinant Bob-Saul-Goodman-for-ever- Odenkirk, alors là, franchement, le plaisir tutoie l'orgasme. J'ai sérieusement pris mon pied. Thanks Bob !!!

 

 

nobody-movie-picture-01.jpg

 

 

Soyons bien d'accord, encore une fois, il faut bien regarder l'affiche avant de voir ça, histoire de ne pas pleurer ensuite l'absence de références au cinéma de Bergman, Tarkovski ou Truffaut. Ici il faut simplement savoir se régaler de voir des malfaisants patibulaires à souhait se foutre de la gueule d'Odenkirk juste avant d'aller croquer le bitume. Savourer la présence de Christopher Lloyd en papi pro du fusil à pompe. Apprécier la B.O vitaminée autant qu'élégante, qui de Nina Simone à Tchaikovsky  en passant par Luther Allison ou Pat Benatar nous rappelle que nous sommes bien au pays du cinéma de genre où peut résonner haut et fort le What a Wonderful World version Louis Armstrong. Ouais, on se fait plaisir et ça ressemble au bonheur.

 

Après un Hardcore Henry ultra conceptuel (film d'action frénétique, limite épuisant, mais tourné de manière virtuose en caméra subjective) le réalisateur Ilya Naishuller a donc décidé de se poser. Il revient au fondamentaux et affirme ici maîtriser ses classiques. Le découpage technique est nickel. Rien de brouillon. Parce que c'est quoi, dans le fond, bon film d'action. Le truc qu'on se matte un jour de pluie ou après une laborieuse journée de boulot lorsque soudain l'envie d'exulter un chouille nous habite? Ben c'est rien que du reposant. À savoir, un scénario bien épuré, des personnages solides et, last but not least, des scènes d'action lisibles.

Fini la shaky-cam, cette invention de tâcherons qui fait regretter à tout bon cinévore d'avoir repris du dessert. Là, c'est soigné et le contrat est rempli. Les scènes de combat sentent la sueur, écorchent bien et placent toujours l'oeil du spectateur au bon endroit, notamment la baston dans le bus, instant culte dans le genre séquence qui-fait-mal-partout-quand on-la-regarde. Le travail sur le son fait aussi son petit effet. Quant aux gunfights, rien à dire, ils débarrassent bien la table. Tiens, on a même droit à une fast and very furious séquence de poursuite en bagnole. Toutes les cases sont cochées. Bref, personne n'est paumé dans l'intrigue, la vaisselle est faite et ça brille.

Et tout ça en 1h30.

Ça aussi, ça fait du bien.

 

 

0850307.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

 

Et puis l'autre côté grand spectacle c'est Bob.

Bob Odenkirk !  Totalement crédible en cavalier de l'apocalypse.

Hé, ouais man, pas besoin d'avoir le physique de The Rock, Jason Momoa ou Bruce Willis pour sauver son monde. Hyper entrainé (engagement total de l'acteur et plusieurs mois de prépa) il explose l'écran dans le rôle de ce faux père tranquille au passé bien musclé qui se réveille et distribue ses bourre-pifs avec une rage jubilatoire. Il fait le show. Il est la raison d'être de ce film qui se fout de la concurrence et donc, l'enterre noblement. Dans le style "deviens vengeance, deviens colère" je n'avais pas vécu plus jouissif depuis l'Equalizer de Fuqua avec Magic Denzel. Avec cet habile balancier entre  moments de franche poilade et de soyons sérieux un instant, voir tremblons ensemble.

Ouais, vraiment, allez-y voir.  

Nobody, c'est pas n'importe qui.

 

 

-  This girl is gonna get home safe tonight. I hope these assholes like hospital food. 

 

 

 

 

Francisco, 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PixAuetR5uGW5NWokv6zgBNb_T8.jpg

                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

Nobody-Blu-ray.jpg

 

 

2021

 

1h30

 

Le Blu-ray : Top nickel. Bien affuté de partout.

 



08/01/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi