Les Chroniques Ciné de Francisco & Co

Les Chroniques Ciné de Francisco & Co

THE FRENCH DISPATCH, les plumes du quotidien

FANTAISIE POÉTIQUE 

WES ANDERSON

 

 

4043397.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wes Anderson, comme tous les grands créateurs, fait un peu le même job que Dieu.

Il invente le monde mais avec plus d'humour et un sens du décor qui ne fait que flatter la rétine. L'orfèvre de The Grand Budapest Hotel et de La Vie Aquatique a encore frappé!!!

 

 

01R1_TFD_OB_002_0010_V022_1282.jpg

 

 

Il s'est même surpassé.

The French Dispatch supportera allègrement une bonne dizaine de visions avant d'épuiser ses richesses visuelles et narratives. J'ai déjà hâte de le redécouvrir en Blu-ray, histoire de savourer chaque détail. Parce qu'une fois encore, le spectacle est permanent, chaque plan est une oeuvre, une peinture naïve ou un cliché à la Doisneau ou Willy Ronis. L'oeil est en fête et Anderson ressuscite une fois de plus cette magie première du cinéma où les informaticiens n'avaient pas encore remplacé les artisans-poètes. Tout vit, respire et fourmille. Truffé de détails, clins d'oeil et références à cette fantasmatique perception américaine de la culture Française des années 60 et 70, The French Dispatch est un festin poétique, drôle et toujours porté par cette irrésistible mélancolie qui habille l'ensemble d'une filmographie de "marionnettiste de génie". Le réalisateur de Moonrise Kingdom appartient à la catégorie précieuse et rare des purs conteurs. Le Gepetto des acteurs nous offre une nouvelle déclaration d'amour passionnée, inventive, créative, euphorisante à toutes les formes d'art et d'expression. Et quoi de mieux que d'ouvrir un journal pour plonger dans toutes les ombres et couleurs de l'existence. C'est mignon l'info Facebook, mais je vous promets qu'une rédaction pro (on oublie les pros du racolage et autres putes à clics) héberge souvent de vrais plumes et poètes du quotidien, bien détachés de leur petit ego et tout ouverts aux mille et une histoires du dehors. The French Dispatch en ces temps désolants de presse-bashing est un bel hommage à la noble profession de journaliste. Rien que pour ça, merci m'sieur Anderson.

 

 

the-french-dispatch-bill-murray-768x539-c-default.jpg

 

 

 

Ouvrir le journal. C'est un peu ça, The French Dispatch

Se laisser embarquer dans une série d'articles et chroniques fantasques, loufoques. Un fait-divers entre kidnapping et recettes culinaires. Un mai 68 revisité ... j'ai adoré le voyage, même si j'avoue un petit faible pour le chapitre consacré à l'artiste criminel et sa muse qui voit fleurir une alchimie carrément électrique entre Benicio Del Toro et Léa Seydoux. Pour le reste, je vous laisse faire la visite ... C'est un beau retour au genre du "film à sketchs", l'occasion ici de traverser une foule d'univers sublimés par des décors et une photographie délicieusement vintage où les acteurs trouvent leur place au millimètre.  

Parce que le cinéma d'Anderson ne cesse jamais d'être du cinéma d'animation. tantôt en live, tantôt en stop-motion. le cinéaste-artisan assume une totale maîtrise de son univers. On peut s'arrêter sur chaque cadrage. étudier chaque plan. Aucune portion d'image n'est laissée au hasard. Et de cette exigence résulte la splendeur du spectacle. Brocante fabuleuse, les objets ont bel et bien une âme chez Wes Anderson. Loin de figer l'ensemble, la rigueur est toute entière au service de contes, gags ou fables profondément humaines.

C'est un cinéma de poète-designer amoureux des arts et de la vie. Et les techniciens et acteurs le lui rendent bien. En témoignent d'un film à l'autre ces castings "familiaux" qui nous permettent d'apprécier le savoir-faire derrière la caméra du chef-op Robert D. Yeoman, du directeur artistique Adam Stockhausen, de la costumière Milena Canonero et du monteur Andrew Weisblum. Musicalement, on se régale une fois de plus des compos féériques d'Alexandre Desplat qui accompagnent  les fidèles Bill Murray, Owen Wilson, Adrien Brody, Frances McDormand, Bob Balaban, Willem Dafoe ou  Edward Norton. On sent bien qu'ils seraient prêts à jouer pour rien ceux-là, histoire de garder leur place dans le monde merveilleux de Mister Anderson.

 

Ouais, vivement le Blu-ray. Quel que soit l'avenir du cinoche et malgré l'essor des plateformes numériques, les films d'Anderson méritent d'être conservés sur support physique parce que ce sont des oeuvres d'esthète à garder près de soi et à "admirer" de temps à autre pour se ressourcer et entretenir l'amour des belles choses. 

Au fait, ouais, c'est probablement un chef-d'oeuvre.

 

 

Francisco,  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Benicio-del-Toro-in-The-French-Dispatch.jpg

 

 

 

 

Chroniques Anderson

 

 

artfichier_777966_9162479_202111064603212.jpg          artfichier_777966_6619019_201612043020246.jpg

 

 

 

 

Sortie Blu-ray US          28/12/21  

Sortie France estimée  courant février

 

300450_large.jpg
 

 

 

 

 

 

1885976.jpg

 

  

 

ZAJ2M66YSVBCNAZQNF7HHFMM7M.jpg



06/11/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi