LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

MOONLIGHT, you're blue

DRAME / BLU-RAY

BARRY JENKINS

 

Moonlight.jpg

 

 

 

 

 

 

 

- Who is you, Chiron?

- I'm me man. I ain't trying to be nothing else.

 

  

Trois regards pour une seule vie.

Trois actes parfaitement découpés se déroulant avec une limpidité et une simplicité admirables. Récit de résilience, de résistance et d'amour, Moonlight est d'abord porté par ses dialogues épurés et ses silences.

Une partition royalement défendue par tous les acteurs. Tous totalement habités par leurs rôles. De l'enfant mutique à l'adolescent tourmenté jusqu'au colosse aux pieds d'argile le réalisateur Barry Jenkins assure une direction d'acteur impériale en conservant l'âme du personnage d'un acteur à l'autre.

 

moonlight_1-5-11-e1479689947106.jpg

8a9b56e91cdfd5f25967c2b89b2ae580.jpg

 

145047.jpg

Les seconds rôle ne sont pas en reste. L'oscarisé Mahershala Ali (House of Cards, Treme) bouleverse en dealer se découvrant une solide fibre paternelle. Entre hurlements et regards effarés, Naomie Harris (Skyfall, Mandela) assure une prestation déchirante en mère junkie. Il faudrait tous les citer.

Vous l'aurez compris, Moonlight est au service de l'humain et du beau au-delà d'un paysage de violence et de douleurs magnifiquement filmé et photographié. Un découpage de chaque séquence pensé avec art et sobriété. Parce que tout est transcendé. Porté par la B.O aérienne de Nicholas Britell.

Devenir ce que l'on est. Un chemin difficile. Pas besoin de longs discours pour révéler les failles et la nature des êtres. Le réalisateur Barry Jenkins l'a bien compris. Alors, il fait du cinéma. Mais Moonlight est d'abord un chant, dédié à la bienveillance et au pardon.

 

Pour son premier long-métrage, Barry Jenkins nous offre une oeuvre profondément  humaniste délivrant à chaque séquence, de la plus tendre à la plus violente, une poésie universelle et sans posture. Un miracle de distance et de maitrise pour un premier film!

L'humilité du propos m'a laissé le coeur au bord des yeux et signe, pour moi, les débuts d'un grand réalisateur.

C'est simple et beau.

Et au final, inoubliable.

 

 

- I should have cried too much sometimes  I feel like I'm just gonna turn into drops.

 

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Three Times

 

moonlight-photo-trevante-rhodes-976126.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

moonlight-alex-hibbert-chiron.jpg

 

 

 

 

 

 

 

61nHzjvJzVL._SL1000_.jpg

 

 

MOONLIGHT

2016

1H50

LE BLU-RAY :  Au-delà du piqué on se régale des couleurs. Une image aussi solide et précise que le jeu des acteurs. Que c'est beau!

Director:

Writers:

(screenplay), (story by)
 
 
 
 6a014e5fd5052c970c01b8d2652772970c-pi.jpg


17/06/2017
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi