FRANCISCOLAND (à la poursuite du lapin blanc)

FRANCISCOLAND     (à la poursuite du lapin blanc)

DALLAS BUYERS CLUB, Magic Matt !

DRAME                               

JEAN-MARC VALLÉE

 

file_582850_dallas-buyers-club-poster.jpg

 

 

 

 

 

 

Philadelphia, sans les violons.

Dallas Buyers Club dénonce les pratiques scandaleuses des Lobbies pharmaceutiques et agences de Santé dans la prise en charge des malades du Sida durant les premières années de l'épidémie. L'AZT, véritable bombe atomique pour l'organisme fut longtemps administré à trop forte dose, précipitant le décès de dizaines de milliers de patients. Voic L'histoire vrai de Ron Woodroof. Et elle est édifiante. Un premier diagnostique ne lui laissait que trois mois à vivre. Il s'éteignit sept ans plus tard...

Son secret, des médicaments "alternatifs" à l'efficacité aujourd'hui avérée dont il fit un véritable business.

 

Le véritable tour de force de ce film est pour moi de ne jamais faire de Ron un héros.

Présenté d'abord comme un sale type ce personnage détestable mais ô combien charismatique s'humanisera progressivement au fil de son combat. Parcours et récit incroyable d'un homme que la maladie détruit physiquement autant qu'elle l'élève "humainement". Encore une fois l'acteur prodigieux de Killer JoeMud et True Detective, s'affirme comme l'acteur américain le plus "habité" du moment. A l'égal du Robert De Niro des années 70 et des prestations hallucinées d'un Daniel Day Lewis. Matthew McConaughey livrait déja cette année la prestation la plus tétanisante du Loup de Wall Street de Scorsese. Ici son "incarnation" est renversante, douloureuse, inoubliable.

Un oscar amplement mérité.

 

maxresdefault.jpg

 
A ses cotés, Jared Leto n'est pas en reste. Je n'avais pas vu couple de cinéma plus torturé et déchirant depuis Brokeback Mountain et Macadam Cow-boy. Dallas Buyers Club n'est pas un film facile. Ni séduisant, ni glamour. C'est un film "à l'écorché", douloureux, parfois pénible, mais jamais complaisant. Dans les pas d'êtres terriblement humains. Un métrage sans fioritures, dans la pure tradition du plus grand cinéma Américain. Et c'est un canadien qui nous l'offre. 

Le transfert HD est à l'image de l'interprétation de McConaughey. Affuté et totalement immersif. 

Le visage émacié, quasi-expressionniste, de cet acteur Prométhéen s'imprimera durablement sur votre écran.

Inoubliable.

 

 

 

 27LETO1_SPAN-master675-v2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Magic Ron

1393608450796.cached.jpg

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 b56e70a.jpg

        

 

 

 

 

 

 

 

artfichier_777966_3919911_201407135421430.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                               

DALLAS BUYERS CLUB

2013

1H57

 Le Blu-ray :   transfert HD  à l'image de l'interprétation de McConaughey.  Affuté et totalement immersif.

Director:

 

Writers:

 

Stars:

 

 

 

 

32.jpg

 



12/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi