FRANCISCOLAND

FRANCISCOLAND

AMOUR, jusqu'au bout

DRAME                          

MICHAEL HANEKE

 

amour-affiche-50508a622dc1d.jpg

 

 

 

 

 

Universel et déchirant.

Je ne suis pas un inconditionnel de Michael Haneke. La Pianiste et Caché m'ont copieusement emmerdé. Et puis il y a eu Le Ruban Blanc. Premier choc. Face à une telle maitrise, j'ai enfin reconnu le génie à l'oeuvre.

Puis,  Amour.

Jean Louis Trintignant, Emmanuelle Riva. Haneke les filme comme les derniers humains sur terre. Nul besoin d'embrassades ou de déclarations enflammées. La complicité est là. Partout. Dans chaque regard, chaque geste. Un amour profond, apaisé et bienveillant. La mélodie de la vie se joue maintenant en sourdine pour ces anciens professeurs de musique. Ils n'ont plus "que" leur Amour.

Un amour absolu.

 

7627_10.jpg

 

 

La maladie surgit, s'efface puis reprend place. Les souvenirs qui ont forgés cette complicité et édifié cet immense amour vont s'effacer. Petit à petit. Spectacle déchirant d'une insupportable déconstruction. Emmanuelle Riva, admirable dans cette incarnation d'une figure d'absence et d'effroi.

Face à elle, L'impuissance et le désespoir joués admirablement par Trintignant totalement abandonné à son rôle. Tous deux, acteurs au coeur de l'hiver, jouent l'âme totalement à nu. Un immense et douloureux moment de cinéma.

Amour nous laisse le coeur broyé, un peu égaré, mais ébloui par cet admirable voyage au bout de la Vie.

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 7627_19.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 45377_front.jpg

 

 

2012

2H05

 

Le Blu-ray :  l'ahurissante précision de l'image nous place au plus proche des acteurs. Une sensation de proximité totalement terrassante. L'écrin idéal pour admirer le couple de cinéma le plus bouleversant de ces dernières années.

 

Réalisateur:

 

Scénario:

  (screenplay)
 
 
 


05/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi