LES AILES DU SOIR

LES AILES DU SOIR

LES MISÉRABLES, le chant des opprimés

MUSICAL                                    

TOM HOOPER

Petite séance de réhabilitation...

 

 

LES-MISERABLES-Affiche-France.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Gigantesque est l'oeuvre de Victor Hugo.

Et c'est un peu la raison pour laquelle toutes les précédentes versions ne sont finalement pour moi qu'un pâle résumé. Ici, le parti-pris est radical. L'intrigue est adaptée non plus du roman mais de la comédie musicale de Claude-Michel Shönberg d'abord mise en scène par Robert Hossein puis adaptée en langue anglaise et jouée à Londres depuis le milieu des années 80.

Voici donc cette symphonie des opprimés ramenée à une série de "tableaux" iconiques. Version "intégralement" musicale (autant prévenir, si vous êtes totalement réfractaire au genre, n'essayez même pas) s'exprime ici l'intelligence du metteur en scène Tom Hooper et flambe la véritable "photogravure"du directeur photo Danny Cohen (Room, Good Morning England). Jamais féérique, charmante ou jolie, l'image travaille dans un spectaculaire brut et rude ramenant chair et émotions au parcours croisés de ces destins plombés emportés de le mouvement de la grande histoire.

Ce n'est ni lisse, ni glamour et c'est beau.

 

Autre tour de force et marque de caractère, et c'est une première dans l'histoire du cinéma, les chansons sont toutes interprétées "en live" au moment même du tournage !

Encore une fois, place à la chair et à l'émotion. Pas de play-back. Le message est clair: L'authenticité prend le pas sur la performance vocale. Un aveu d'humilité et un geste artistique d'une belle envergure qui l'ont un peu plombé au box-office mais qui apporte au film une force absolument unique et la délicieuse sensation d'être assis au premier rang du spectacle.

 

 

watch-anne-hathaway-dreams-a-dream-in-first-trailer-for-les-miserables.jpg

 

 

Dans quelques années, il est possible que cette oeuvre soit redécouverte et considérée à sa juste valeur. En effet, si la violence des sentiments et l'irrépressible grondement de la révolte, moteurs du chaudron Hugolien, triomphent ici, ils sont loin, en revanche, d'être les moteurs de la sinistre caravane des critiques Français. Assoupis dans la confortable posture de leur brinquebalante bien-pensance auteuriste, ils ont d'une seule voix laminé, voir atomisé, ce film du réalisateur du Discours d'un Roi et Danish Girl.

"Misérable, oui, au singulier" avançait fièrement Télérama.

Quelle cruauté, flinguer d'un misérable "bon mot" un film qui n'avance qu'avec sincérité et passion. On peut rester hermétique mais on ne peut fermer les yeux sur l'ambition qui  traverse ce grand film moqué.


Il ne s'agit plus dans cette adaptation de coller au roman mais bel et bien de rendre hommage à la plus fabuleuse galerie de personnages que nous ai offerte la littérature française. D'ailleurs, quels acteurs bien de chez nous auraient eu l'étoffe, le talent et le charisme nécessaire pour se lancer dans un tel défi? Alors oui, en glissant le disque dans votre lecteur un mauvais jour vous pourriez vous fermer, vous moquer et trouver tout cela bien ridicule. Mais on peut aussi refuser de laisser Jean Valjean, Javert, Cosette, Marius et les autres prendre la poussière au musée Grévin et saluer dignement l'intention du réalisateur de donner de la voix à ce formidable cri de rage, plus que jamais d'actualité, que porte l'oeuvre originale.

 

Bravo à ce torrent d'énergie qui permettra peut-être à de nouvelles générations d'approcher ce monument de la littérature mondiale et bravo à tous ces acteurs incroyables !

Il faut voir avec quelle fièvre Hugh Jackman donne vie à son Valjean, n'oublions pas que cet acteur-étoile est d'abord un artiste de scène ayant plusieurs fois enflammée Broadway. Sa prestation ici est intense et viscérale. Je me suis laissé charmer par le timbre incroyable d''Eddie Redmayne jouant Marius et me suis pincé en entendant la voix cristalline de la fillette interprètant Cosette enfant. Sans oublier la savoureuse version cabaret de l'auberge des Thénardiers défendue par Sacha-Baron Cohen et Helena Bonham Carter et la gouaille ravageuse d'un incroyable Gavroche.

Mais, surtout, comment ne pas citer Anne Hataway-Fantine. L'actrice m'a brisé le coeur dans la fabuleuse supplique "I Dreamed a Dream"chantée en plan-séquence sur son seul visage. Quant on est humble spectateur et que l'on vient d'assister à pareil prodige on se sent un peu plus humain et un peu moins "misérable"

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

It's a Live !

 

 

tom_hooper_mychael_danna_palm_springs_international_film_festival_2013.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

91zh3J+macL._SL1500_.jpg

 

2012

2H35

LE BLU-RAY :  Testé sur le Blu-ray US zone free le rendu de ces éclatants Misérables est certainement celui de l'édition française. Une gestion des couleurs, textures et détails absolument admirable. Il fallait bien cela pour servir au mieux cette courageuse et brillante adaptation.

 

Director:

Writers:

(screenplay), (screenplay) | 5 more credits »

Stars:

, , | See full cast & crew »

 

 news-miserables-premiere-bande-annonce-comedi-L-GOmYnU.jpg

 



08/05/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi