LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LA LA LAND, another day of sun

COMÉDIE MUSICALE / BLU-RAY

DAMIEN CHAZELLE

 

228981.jpg

 

 

 

 

 

It's love
Yes, all we're looking for is love from someone else

Là encore, je commence par dire :  Merci!
Merci au jeune réalisateur de Whiplash d'avoir eu le courage de ressusciter le genre. S'attaquer à une comédie musicale dès son second long-métrage témoigne d'un certain panache. La maîtrise de son premier film et la rigueur de son découpage avait tout pour rassurer. Visuellement, le contrat est rempli. La La Land est un enchantement.
Décors, costumes, couleurs, cadrage, découpage, montage, la direction artistique de l'ensemble est à saluer bien bas. Enveloppé dans la photographie à se damner de Linus Sandgren ( Joy, American Bluff), la mise en scène de Damien Chazelle est d'une folle élégance. Cadrages au cordeau et plans-séquences virtuoses s'enchaînent comme à la parade.
Côté musique, les morceaux se fredonnent instantanément. Des mélodies simples mais inoubliables signées Justin Hurwitz, déjà à l'oeuvre sur Whiplash. Une partition qui permet aux acteurs de pousser la chansonnette avec fraicheur et en assumant leur petit brin de voix. Le mariage Ryan Gosling /Emma Stone, déjà à l'oeuvre dans Gangster Squad et Crazy Stupid Love, fonctionne à merveille.
Le charme et rien que le charme!
 
09LALALANDJP2-master675.jpg
 
Mais, parce qu'il y a eu un mais, sous ses tonnerres d'applaudissements se glisse une réserve. Peut-être ne tient-t'elle qu'à moi. Disons qu'entre l'ouverture magistrale, la délicieuse séquence de l'observatoire et un final absolument renversant, j'ai senti, ici et là, que sous la perfection formelle quelque chose d'un peu "artificiel" empêchait à la magie de prendre totalement son envol.
Comme si quelque chose de l'âge d'or de la comédie musicale ne pouvait plus vraiment être ranimé.
Comme si la naiveté avait aujourd'hui du mal à s'incarner.
Comme si malgré l'incroyable talent du réalisateur, c'est notre époque même qui ne pouvait plus vraiment se prêter à chanter et danser la vie. Constat mélancolique qui est venu, dans mon cas, épouser la somptueuse conclusion du film. (On parle bien ici du plus beau final ciné de ces dernières années.)
 
lalaland-danse.jpg
 
Alors, peut-être qu'ayant grandi en regardant les comédies US de Chantons sous la Pluie à Tous en scène jusqu'aux pépites de Jacques Demy, me suis-je laisser envahir par une nostalgie aliénante qui a bridé mon petit coeur de cinéphile et m'a parfois arraché au courant de ce torrent de musiques et de couleurs.
Et peut-être que, dans quelques années, un jour de pluie tout gris, je glisserai mon vieux Blu-ray dans mon antique lecteur, que les réserves se seront alors envolées pour m'offrir un éblouissement permanent.
Au final, oubliez ma petite réserve, qui ne perturba ce grandiose spectacle que par intermittence, et entrez dans la danse!
 
Je vous confirme qu'il est bien ici question d'amour.
Amour pour la vie, amour pour le cinéma et amour pour la vie au cinéma.
Et vous savez quoi?
That's entertainment !
 
 
 
Francisco,
 
 
LA-LA-LAND-Photo-32-du-film-Emma-Stone-Ryan-Gosling-film-2017-SND-Go-with-the-Blog.jpg
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 

Here's to the ones who dream

 

la_la_land_-_4_embed_-_2016.jpg

 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
61OdWLFBiuL._SL1000_.jpg
 

LA LA LAND

2016

2H05

LE BLU-RAY : Un enchantement de tous les instants. Détails, Couleurs et contrastes à la fête. Un scope radieux dans le velours d'un tournage 35mm. Voilà pour le Blu-ray. Côté transfert 4K la démo à laquelle j'ai pu assister monte encore toutes ces merveilles d'un cran. À se damner ! (Un titre qui donne envie de s'équiper)

Director:

Writer:

 
 
 
 
la-la-land-7.jpg


28/06/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi