LES HEURES LIBRES

LES HEURES LIBRES

HORS D'ATTEINTE, glamour toujours

Feel good movie   Polar                    
Steven Soderbergh

 

**** 

artfichier_777966_4500699_201502014224764 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Un charme fou. 

La coolitude et le glamour élevés au rang d'Art. 

Tout cela vieillit comme un grand cru. 

Il y a ici comme du Capra dans l'air ...

Attention, ce titre est, bien sûr, déconseillé à tous les fragiles de l'attention. Aux insensibles de l'atmosphère. Nous ne sommes pas ici dans Fast & Furious. On se balade avec élégance sans flinguer à tour de bras ou faire crisser les pneus tous les quart-d'heure. Bon allez, pas besoin de signer une dissertation sur ce délicieux moment de cinoche. Deux trois paragraphes suffiront. 

 

Un taulard de charme et une femme flic au regard et courbes atomiques se cherchent et se trouvent, au centre d'une galaxie de loosers. Le magnifique Georges Clooney, plus Cary Grant que jamais, se livre ans résistance à l'irrésistible Jennifer Lopez, renversante de charme et d'assurance. Sur de telles bases, à moins d'être hermétique au notions de plaisir et d'élégance, il n'est pas compliqué de se laisser embarquer. 

 

 

hors-d-atteinte_1858_4ea5e3a64f13c137cc001323_1320210116.jpg

 

 

Savoureux, bon groove, bon tempo, remarquablement écrit, mis en scène, emballé et monté, voici un divertissement quatre étoiles. 

Ce n'est pas le plus important mais je tiens à saluer le caméo truculent de Michael Keaton dans le rôle de Ray Nicolette. Un beauf savoureux, membre du FBI. Il s'agit bien du même personnage qu'il interprète dans le Jackie Brown de Tarantino. Jolie manière de créer un pont entre deux réalisateurs ayant su aérer avec panache le genre ultra codifié du polar.

Ces deux là ont su imposer leur propre univers et s'amuser avec les codes.

C'est frais et novateur certes, mais Soderbergh ne se prive pas d'adresser de subtils clins d'oeil et hommages aux grandes heures du polar classique dans une feel-good atmosphère arrosée au parfum du Film Noir. Intrigue en spirale et femme fatale au menu.

Tout cela est mené avec une folle élégance par un cinéaste en pleine maitrise de son art et sur les ailes d'une BO nourrie au petit lait de la Soul. L'humour si savoureux des récits et dialogues d'Elmore Leonard, grands créateur de solides personnages, fait le reste. 

 

Bref, pour moi le bonheur est complet.

Côté Blu-ray, piqué de compèt et couleurs chaudes. Les amoureux de ce chef d'oeuvre du "feel-good polar" peuvent s'offrir un décollage à pas cher (pas plus de 15 euros) pour le Nirvana du cinéma de genre. Le charme, je le disais, et rien que le charme. Sur tous les plans...

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

 

 71p9SPXQmlL._AC_SL1181_.jpg

 

 

1998

2H

 

Le Blu-ray :  Piqué atomique et couleurs chaudes, un retour en blu-ray qui offre à tous les amoureux de ce chef d'oeuvre du "feel-good polar" un décollage à pas cher pour le Nirvana pour ce 20 ans d'âge.

 

 

Director:

 

Writers:

  (novel),  (screenplay)

 

 

outofsight2.png



13/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi