FRANCISCOLAND (chroniques ciné & autres balades)

FRANCISCOLAND   (chroniques ciné & autres balades)

WALK THE LINE, fire walk with him !

BIOPIC   DRAME & FEEL GOOD MOVIE                                          

JAMES MANGOLD

 

24497.jpg

 

 

 

 

Pour se marrer un peu on peut affirmer sans se tromper qu'il s'agit là du meilleur biopic jamais réalisé sur Johnny Cash. Pour être un poil plus sérieux on peut également affirmer qu'il s'agit là d'un des meilleurs biopic jamais réalisé sur la carrière et le cheminement d'une icône.

 

Premier atout de poids :  L'acteur principal.

Joaquin Phoenix fait plus que de ressembler à Johnny Cash. Il le réincarne totalement et livre "sa" prestation. Au final, il ne pouvait pas être plus fidèle. Pas de doute, nous somme bien en présence du Solitary Man, au regard hanté, combattant ses démons et trouvant son salut au pied de l'irrésistible June Carter.

Ouais, précisons que face à Joaquin l'adorable Reese Witherspoon assure le job avec une gouaille réjouissante. Partenaire de scène, muse courageuse, force de vie ayant  toute sa vie aidé le grand Man in Black à tenir debout. Walk The Line est d'abord une grande histoire d'amour. Comment un ange vous sauve de l'enfer.

 

Précisons que les deux interprètes ont été choisi par leurs propres modèles, encore vivants au moment du montage du projet. Les deux acteurs jouent et interprètent toutes les chansons du film. Les scènes de concert vibrent et vous caressent le ventre. Le résultat de plusieurs mois de préparation sous le regard du maitre de musique de ce vigoureux métrage : T-Bone Burnett (voir bonus plus bas)  On parle ici du monsieur qui a fait chanter Inside LLewyn Davis, O'Brother ou Crazy Heart.

  walk-the-line-2005-05-g.jpg

 Côté grande histoire, l'élégance de la mise en scène de James Mangold (Logan, 3h10 pour Yuma, Copland) nous plonge avec délice dans ces folles années 50 où le chanteur de country s'abreuvait au torrent du Rock'n roll et partait en tournée aux côtés d'un certain Elvis Presley et croisait "l'Amadeus" Jerry Lee Lewis.  Décor, bagnoles, costumes, coiffures, tout est ressuscité. La reconstitution est fabuleuse. On peut saluer l'impériale direction artistique.

Walk the Line est aussi un bonheur pour les yeux.

 

Autre atout, la profusion des séquences. La plupart des biopic s'attache à un moment charnière. Ici le tour de force et de nous faire traverser une grande partie de la vie de l'Highwayman. Et tout ça sans jamais avoir la sensation (comme souvent dans ce genre de construction) de parcourir une longue bande-annonce. 

Tout embrasser était essentiel.

Parce que l'essence du mythe est bien là.

Un type ayant vécu mille vies, survécu à tous les excès et à toutes les modes.

Un survivant;

Un cycle de vie comme un "Ring of Fire'. Le film s'ouvre et s'enroule d'ailleurs autour du légendaire concert donné et enregistré à la prison de Folsom le 13 janvier 1968. Un concert qu'il attaqua bien évidement avec son Folsom Prison Blues. Un morceau composé dans ses jeunes années et qui résume toute la rage qui alimenta ce géant tourmenté. Le Blues d'un prisonnier étendant résonner dans le sifflement lointain d'un train l'écho de ses crimes passés :

 

Well I'm stuck in Folsom Prison and time keeps dragging on
While a train keeps a rollin' on down to San Antone
Well when I was just a baby my mama told me son
Always be a good boy don't ever play with guns
Well I shot a man in Reno just to watch him die
When I hear that whistle blowin' I hang my head and I cry

 

Des mots que ce public connaissait par coeur.

Peu nombreux sont les types à pouvoir jouer en prison avec d'emblée le public dans sa poche.

C'était ça Johnny Cash.

Le contraire d'un mariole.

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

walk-the-line-4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joaquin got it !

 

walk_the_line_08_500_375_20th_century_fox.jpg

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30f3254f936a7cc0791f3aab0cb1838e--joaquin-phoenix-walk-the-line.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3af7fbaf11422fb9fb9a99505abc15e9.jpeg

 

 

 

 

 

 

Le truc, c'est que j'ai foutu le Blu-ray dans mon édition DVD collector...

 

518ZDvHnNCL.jpg

 

 

WALK THE LINE

2005

2H15

LE BLU-RAY : Il tient encore fièrement la route mon Blu-ray de 2008 avec son niveau de détail réjouissant et ses contrastes et couleurs bien solides. Un grand cru bien conservé dans son écrin HD. Voilà aujourd'hui un treize ans d'âge qui vieillit déjà comme un grand classique.

Director:

Writers:

(book), (book) | 2 more credits »

 

 

 

 unpopular-walktheline-studio.jpg



05/01/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi