LES HEURES LIBRES

LES HEURES LIBRES

THE BATMAN, smells like teen spirit

Comics  SF
Matt Reeves

 

 

 

 

 

the-batman-1-691x1024.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon, ok, The Batman a été critiqué, chroniqué, commenté, décortiqué des millions de fois et ces nouvelles lignes ne vont rien révolutionner. Mais, qu'on l'aime ou non, ce film restera et je souhaitais en dire un petit mot à l'occasion de sa sortie en Blu-ray (mirifique transfert). Parce qu'il y a du travail, que le style est là et que, donc, nous sommes bien ici au cinéma. 

Alors, forcément, la question est : fus-je totalement emballé ?

La réponse, mondialement attendue, vous est livrée tout de suite, maintenant :

 

J'ai, bien sûr, savouré la direction artistique magistrale. Lumières, décors, costumes, maquillages, sur ces points le spectacle mérite tous les éloges. Cette nouvelle vision de Gotham existe et a du caractère. Il est très beau ce scope crevant la nuit, travaillé par les ombres, la crasse et arrosé de pluie. La référence appuyée à Seven ne pâlit pas face à son glorieux modèle. Ouais, ça en jette. On est loin d'une lisse, fluo et cliquante Marvelinade. On est plus proche d'une densité et d'une patine visuelle d'artiste peintre à la Snyder. On sent que tout cet univers visuel gothique et "corrompu"a passionné le réalisateur Matt Reeves et qu'il s'est investi à font dans le création et la représentation de cet univers. C'est un réal bourré de talent dont j'ai admiré le travail sur  La Planète des Singes, l'affrontement et Suprématie. Son Batman est un bonheur à visionner, sur le plus grand écran possible et toutes lumières éteintes. 

 

 

1918976.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 


C'est sur le fond et les personnages que je suis resté (un peu) sur ma faim.

La prestation à la Kurt Cobain de Pattinson, en jeune héros dépressif, ne m'a pas franchement convaincu. Le masque lui va bien mais il peine à habiter le costume (et Pattinson n'a rien du poète incendiaire Kurt Cobain). C'est un acteur dont je trouve la présence rarement convaincante, excepté dans The Rover ou The Lost City of Z. Il a clairement  bossé son rôle et a pris quelques kilos de muscle mais rien n'y fait. Je ne sens chez lui ni les ténèbres, ni le mystère et encore moins la menace. À tel point que les séquences ou il évolue au milieu des flics m'ont fait penser à une soirée "cosplay et scènes de crime" avec un détective déguisé en Batman.

Je n'ai jamais éprouvé ce souci de crédibilité sur les versions de Burton, Nolan ou Snyder. Keaton, Bale et Affleck sont des comédiens d'une autre trempe et au regard habité. Celui de Robert Pattinson est trop vaporeux, voir effacé, pour me convaincre. Ce choix de casting résume mon sentiment sur ce film. Matt Reeves a travaillé avec une belle ambition son Gotham rongé par la pègre mais ne fait pas grand chose de ses héros principaux. Même sa Catwoman,  pourtant royalement défendue par Zoë Kravitz, n'est qu'à moitié assumée dans son rôle de super-héroïne.

 

The Batman ne fabrique pas ni ne renouvelle le mythe. Je l'ai vécu comme un polar d'atmosphère particulièrement chiadé hanté par des types déguisés. Les séquences de baston sont particulièrement crédibles et bien chorégraphiées mais auraient pu être les mêmes avec un John Wick ou un Equalizer en flingueurs de rotules. Idem pour le versant détective du justicier qui a pourtant le mérite de revenir à l'ADN du personnage créé par Bob Kane en 1939.

Si je prends le Batman le plus impressionnant pour moi, à savoir The Dark Knight, tout dans le film de Christopher Nolan a l'ampleur d'une cathédrale entièrement bâtie aux dimensions comme aux enjeux du plus torturé et magnétique des super-héros. L'aspect visuel hyper réaliste, l'ampleur de l'Imax, la clarté de la photographie y délivre un spectacle d'une grande lisibilité. Son Batman, même malmené par un Joker dévorant l'écran à chaque séquence, en sort grandi, magnifié, bigger than life. Les ténèbres y sont éclatantes. Chez Matt Reeves, son Batman, certes encore jeune, ne m'a jamais donné la sensation de "porter" le film. C'est sûrement un choix de le montrer perdu, hanté par la peur et rongé par le doute mais sur trois heures de film c'est une dynamique un poil lourdingue au service d'une noirceur "adolescente". Quand à la musique et sa suite martelante, trop redondante et insistante à mon goût, composée par le Star Treker Michael Giacchino, elle n'est pas là non plus pour aérer l'image ou le propos. 

 

 

the-batman-viewers-just-noticed-a-wild-detail-involving-paul_xddf.1200.jpg.png

 

 

Au-delà de ses fulgurances visuelles, d'une ouverture "antispectaculaire" particulièrement originale, d'une poursuite de bagnole divinement montée, d'un final apocalyptique et d'une jouissive interprétation du Riddler par un Paul Dano glaçant à souhait, j'ai trouvé The Batman un brin pesant et pontifiant. La galerie de seconds rôles est également exploitée de façon inégale. Si Jeffrey Wright a ce qu'il faut en séquences pour défendre son "james Gordon" le "penguin" de Colin Farrell reste pour moi bien trop anecdotique. Il enflamme la scène culte de la poursuite avec la batmobile et puis... plus grand chose. Turturro en mafieux fait le job sans problème mais toute la petite bande de méchants semble bien dispersée pour nous entraîner droit vers l'enfer. D'autant que l'ensemble se déroule sur près de trois heures. Vraie bouffée d'oxygène, en revanche, est la touchante love-story entre Catwoman et Batman. Cette rencontre de deux âmes soeurs liées par les mêmes blessures est plutôt bien écrite et totalement fidèle à l'esprit "gothique" de l'ensemble.


Comment résumer tout ça...

En voulant revenir à l'essence du personnage et en rajoutant dans le sombre et le gothique ce nouveau Batman m'a séduit sur un plan cinématographique mais est resté pour moi "timide" dans ses intentions sans jamais m'ouvrir la porte d'un nouvel univers. En résumé, la vision de Matt Reeves ne m'a jamais vraiment surpris ou bousculé. Or, c'est quand même ce que j'attends de la relecture d'un mythe aussi populaire, universel et séculaire que celui du "chevalier noir".

 

 

 

 

Francisco, 

 

 

 

( ps : je suis très heureux quand même de compter ce titre dans ma collection et le débat reste ouvert dans les commentaires. Ayez confiance en votre inspiration ! )  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'avis des lecteurs 

 

 

 

 

 Chris

 

" ... Pattinson est très crédible en jeune Batman. Ne pas oublier que dans le film, Batman n'est en activité que depuis 2 ans. Le film se veut davantage comme un roman graphique sombre, qui laisse le temps aux spectateurs de se poser. Les plans sont très réfléchis, les scènes d'action sont lisibles et sans excès. Il a le mérite de nous donner une vision différente de celle de Nolan ( pas facile de lui succéder ). En attendant la suite... "

 

 

 

 

Marian-o

 

" ... J'avais bien aimé regarder ce film en salle de cinéma, j'ai été même surpris de l'effet que ça m'avait fait... peut-être parce que je n'attendais rien du tout de ce film ? Peut-être... Je suis sorti ravi d'avoir vécu cette atmosphère, le film est lent et on a le temps de rentrer et s'accommoder "dans" l'histoire. J'avais bien aimé. La musique, monotone, répétitive m'avais aussi entraîné dedans. Mais tout ce que tu dis Francisco, me fait écho ; c'est vrai qu'il ne me reste pas grande chose si ce n'est "d'avoir vécu ça". Ce n'est pas rien mais au niveau des acteurs et les personnages qu'ils incarnent... je ne me souviens pas du tout du regard de Batman par exemple... c'est dire. De tous les autres je me souviens très bien de la voix, les gestes, la carrure et les yeux et la bouche. Du coup c'est bien mais... c'est du grand Batman ? Du grand cinéma ? Ils la jouent petits joueurs je pense, pour se détacher de toute la pyrotechnie actuelle des Marvels et Cie... et bah ça va rester un petit film très très bien fait." 

 

 

 

 

 

 1869073.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

 

 

 

 

 

Superbe effort sur les Steelbook !

Les collectionneurs disent merci à l'éditeur

 

The-Batman-Steelbook-Blu-ray-4K-Ultra-HD.jpg

 

 

 

2022

 

2h50

 

 

Le Blu-ray :    Bon ben, pas grand chose à redire. Dans le genre image nocturne et pluvieuse on est ici dans le top-démo. Une image patinée, riche en matière. C'est pas lisse et c'est très très beau. Grand pied visuel.

 

 

 

 The-Batman-le-film-avec-Robert-Pattinson-et-Zoe-Kravitz-se-devoile-dans-une-nouvelle-bande-annonce.jpg



22/07/2022
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi