SICARIO : LA GUERRE DES CARTELS - Les Chroniques ciné de Francisco. Carnets de route d'un passionné sur les terres du Cinoche! et un r

FRANCISCOLAND amour, cinoche, orages et poésie

FRANCISCOLAND    amour, cinoche, orages et poésie

SICARIO : LA GUERRE DES CARTELS

POLAR / ACTION

STEFANO SOLLIMA

 

 

2228667 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Une suite à Sicario?

Est-ce que ça valait le coup?!

Je vais faire quasi une réponse de normand en répondant : Pourquoi pas?

 

Certes, le Sicario de Villeneuve est un tableau de maître, une perle noire qui se suffit à elle-même.

Mais voilà, ce deuxième opus, même si il ne prend jamais l'envol d'un chef-d'oeuvre, tient fièrement la route, aligne d'impressionnantes séquences d'actions, des moments réellement émouvants et a surtout l'intelligence de se façonner sa propre identité. Un parti-pris et une intelligence d'écriture que l'on doit surtout au maintien de Taylor Sheridan, scénariste du premier brasier.

  xdhkhttyia-1529822517.jpeg

 

À l'admirable épure visuelle et narrative du premier volet de ce qui s'annonce comme une trilogie succède un chapitre tout aussi brutal mais graphiquement plus rugueux et au récit plus dense ou l'intrigue se développe au niveau international.

 

Sans être une suite (le personnage joué par Emily Blunt est absente du récit) les personnages reviennent pour gagner en humanité en délivrer un peu plus de leur histoire. Au récit de vengeance inaugural porté par le personnage iconique d'Alejandro, Sheridan ajoute le terrible constat d'un trafic des humains devenu encore plus rentable que celui de la drogue. Vendre de quoi détruire les hommes puis vendre les hommes.

L'arrivée par avion ou bateau étant aujourd'hui quasiment étanche la frontière mexicaine reste le dernier espace poreux offrant une chance d'accéder à ce qu'il reste du rêve américain. Au milieu d'une foule de migrants fuyant la misère, la famine et la terreur, le scénario ajoute les terroristes. Des terroristes monnayant grassement leur passage au USA auprès des Cartels.

Le récit décrit alors un État logiquement impuissant à garantir une sécurisation totale de ses frontières et prêt à pactiser avec le diable pour rallumer la guerre des Cartels de l'autre côté de la frontière. Tout est bon pour perturber ce trafic. En cela l'esprit du premier Sicario est bien là. Un regard sur l'homme, l'impuissance de la justice et l'inexorable contagion de la violence toujours aussi désespéré.

 

Pas d'angélisme.

C'est l'innocence qu'on assassine.

Deux figures adolescentes traversent d'ailleurs ce nouveau récit. Aucune ne sera épargné par les ravages de cette oppression et violence mafieuse gangrénant tous les systèmes.

Le dernier humanisme est celui, déviant et rageur, de guerriers francs-tireurs

 

benicio-ok~1920.png

 

Alors, me direz-vous, cette multiplicité des personnages, ce regard sur l'état du monde et les ramifications de ces intrigues rendent-elles ce deuxième volet plus puissant et universel que le premier?

Étrangement, non.

 

Ce que les personnages gagnent en humanité ils le perdent en ombre et mystère. Leur pouvoir de fascination en ressort plutôt affaiblit.

Mais attention, j'insiste, la réalisation de l'italien Stefano Sollima est solide. Sicario 2 reste un bon film. Peut-être même un grand film (comme pour le vin, ça ne se vérifiera qu'au bout de quelques années) et, perso, je suis preneur pour que Sheridan boucle sa trilogie.

Le réalisateur de Suburra et de Gomorra (la série) affirme de vrai points de vue et assume de vrais choix de mise en scène mais malgré ce bel effort qui place tout ça largement au dessus du tout-venant, l'ensemble ne dégage pas le même sentiment de maitrise que le chef-d'oeuvre funêbre de Villeneuve.

La tenue et la sobriété du premier film servait au mieux l'avancée implacable du scénario et l'incroyable bascule de son troisième acte. La retenue libérait l'imaginaire et, dans le même mouvement, soutenait l'ampleur et l'universalité du propos.

Armé de virtuoses plan-séquences et sans clipper ses scènes d'action comme le font les vulgaire tâcherons, Sollima assure une belle efficacité mais reste finalement assez frontal dans sa représentation de l'action. On ne retrouve pas cette "distance à l'élégance macabre" qui faisait toute la force des images du chef-op Roger Deakins sublimant totalement la mise en scène de Villeneuve. La pureté des images contrastaient admirablement avec la brutalité de l'action. Ici, l'aspect parfois "sale" et rugueux de la photographie de Dariusz Wolski (Prometheus, Alien Covenant) semble redondante. Elle ne fait que souligner l'évidence.

 

La faiblesse de ce deuxième opus repose pour moi sur ce constat. Cette sensation d'accompagner de beaux personnages et de suivre un récit puissant mais d'une manière finalement assez prévisible.

Les chef-d'oeuvres sont ainsi. Des univers parfaitement autonomes et hors de portée. Ils accouchent parfois de beaux petits. Mais condamnés à grandir dans l'ombre...

 

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

sicario-day-of-the-soldado-josh-brolin.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Chronique des origines


tumblr_ntb5pvna5q1qzj2xeo1_1280.jpg

 

 

 

 

 

 

 

artfichier_777966_7931414_201810284553450.jpg

 

 

SICARIO : LA GUERRE DES CARTELS

2018

2H

LE BLU-RAY       La photographie plus rugueuse de Dariusz Wolski s'assume pleinement ici, loin des épures nirvanesques de Roger Deakins du premier opus. Il y a de la matière et du grain dans les scènes sombres, une texture conforme aux volontés du chef-op de ne rien rendre trop "propre".  Ceci étant dit, la précision reste au rendez-vous, les contrastes solides et les couleurs flambent. Une expérience HD qui reste nourrissante pour l'oeil. 

 

Director:

Stefano Sollima

 

 

 sicario-2-soldado-sol_d41_13330_r.jpg

 



28/10/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi