LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO

LUCKY just smile

FEEL-GOOD MOVIE / DRAME

JOHN CARROLL LYNCH

 

 

Lucky.jpg

 

 

 

 

 

 

 

On ne se dit pas souvent "Tiens, je me verrais bien un bon petit film sur la vieillesse et la mort". 

C'est dommage.

Parce que Lucky est un bijou.

On y parle justement de la vieillesse et de la mort mais avec art et sans complaisance.

 

C'est parfois triste, avec une pointe de tragique, mais jamais morbide. Parce que tout et cadré et dirigé avec poésie par John Carroll Lynch. Un coup de maître pour le premier film de cet acteur bien connu de fans de Zodiac. Très loin de ses prestations inquiétantes il délivre dans ses premiers pas de metteur en scène un profond sentiment de compassion pour le genre humain et sa marche courageuse vers le grand nulle-part. Il signe un vrai film ou l'amour des personnages est le plus beau des effets spéciaux. Précisons qu'il est bien aidé par le scénario sans fioritures ni sensiblerie de Logan Sparks & Drago Sumonja.

 

Autour de Harry Dean Stanton gravite toute une famille d'acteurs et d'actrices ravis de rendre hommage à cette figure discrète mais essentielle du cinéma américain. Héros pour l'éternité de Paris, Texas l'acteur au 200 films a commencé à tourner à la télé dans les années 50 et s'est baladé toute sa carrière dans l'univers des plus grand cinéastes. Il nous tire ici sa révérence. Âgé de 91 ans, Lucky sera son dernier grand rôle (hormis quelques apparitions dans la saison 3 de Twin Peaks et un second rôle dans Frank and Ava, actuellement en post-prod)

Il s'est éteint, paisiblement, en septembre dernier.

Et ce film est le plus bel hommage qu'on pouvait lui rendre.

 

0696270.png

 

Le désert, une petite ville perdue.

Lucky se réveille, se lave, se coiffe; allume sa clope, fait quelques assouplissements, enfile ses bottes, son chapeau et va faire ses mots croisés au bar du coin. C'est simple et beau. Le ton n'est jamais très éloigné d'une mélancolie à la Jarmush mais rien ne sent la posture. Tout est vrai et sensible.

- Realism is a thing

Harry Dean Stanton exhibe les marques de l'âge et ses fragilités sans que jamais cela ne soit pathétique. L'émotion que ce film procure est bienveillante. L'humilité éclairée du personnage le rend furieusement attachant. Et tout le monde aime Lucky.

Sentiment ressourçant qu'inspire une  vie vécue jusqu'au bout.

 

Les conversations sont les seules scènes d'action et chaque personnage ajoute du sens au cheminement de Lucky. Chacun y défend sa vision de l'existence et le sens qu'il y met. Je vous laisse les rencontrer.

Le drame affleure, on a parfois la gorge un peu nouée, mais la tendresse gouverne. Jusqu'à cette séquence, poignante, avec l'acteur Tom Skerritt évoquant un terrible souvenir de guerre. Le monologue de l'ancien Marine est bouleversant. Son récit d'horreur libère une image puissante de confiance et de résistance qui va résonner en profondeur dans le coeur fatigué de Lucky.

À l'hiver de sa vie, passé un moment de trouille, il décide d'accepter.

Il poussera même la chansonnette.

Faire face à son destin.

Avec le sourire.

 

Les petits films sans prétentions délivrent toujours les plus grandes leçons.

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

harry-dean-stanton-lucky.png

 

 

 

 

 

 

 

 

Salut l'artiste

 

 


 

 

 

 

 

 

 

stanton4-articleLarge.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la HD il faut se diriger vers la VOD

Pour l'instant les collectionneurs devront se contenter d'un DVD...

 

91s875+9rRL._SL1500_.jpg

 

LUCKY

2017

1H30

L'image : Le soin apporté aux cadres et la chaude photographie du film auraient dû bénéficier des avantages de la HD. Pour un tel hommage, un dvd fait bien pâle figure. La VOD HD offre une expérience autrement plus convaincante. Parce que visuellement aussi c'est un beau film.

 

Director:

Writers:

(screenplay), (screenplay)

 

 

 

Lucky-HDS.jpg



21/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi