Les Chroniques Ciné de Francisco

Les Chroniques Ciné de Francisco

LOST HIGHWAY, à tombeaux ouverts

CAUCHEMAR / FILM NOIR                

DAVID LYNCH`

 

 

poster.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Hallucinatoire.

Hommage déviant au Film Noir

À tombeaux ouverts, au plus profond de la nuit ...

 

Du désert urbain d'une Californie menaçante jusqu'aux terres noires du Mojave et de la Vallée de la Mort. Cauchemar. Fantasmagorie rock et vénéneuse à l'érotisme morbide.  Ne cherchez pas d'issue. Le cinéphile qui aime dériver hors des sentiers battus sera délicieusement piégé. Les esprits cartésiens pourront le vivre comme une immersion au coeur d'une vision schizophrénique, d'autres s'abandonneront à la poésie brutale du réalisateur d'Eraserhead et Blue Velvet.

 

Magnifique Patricia Arquette s'abandonnant corps et âme à une intrigue enroulée sur elle même, ou entrée et sortie n'existent pas. Boucle obsessionnel sur le fil d'un récit de jalousie maladive. Fruit d'un fabuleux brainstorming entre Lynch et Barry Gifford, l'auteur "hanté" de Sailor et LulaLe récit qui s'anime donne vie à une toile d'un Edward Hopper diabolique... Hermétique, mais  malgré tout plus "accessible" que Mulholland Drive, Lost Highway est un ovni sans égal. Un pur moment d'effroi. Un terrifiant "Trou Noir" défiant le temps, l'espace et la logique. Accrocs au cinéma du réel passez votre chemin quant aux explorateurs laissez vous envahir par les sortilèges du rêveur Lynch.

 

 

Lost_Highway.jpg

 

 

L'extraordinaire travail sur l'image de Peter Deming (Mulholland Drive, La Cabane dans les bois) n'a jamais été aussi bien exposé. Mais l'accroc à la HD top-démo doit vite se calmer. Une photographie volontairement ouatée, granuleuse (la texture du rêve) ne peut pas accoucher d'un Blu-ray au piqué ravageur. Une telle image serait hors-propos. Mais l'inévitable bond en définition est bien là. Contrastes beaucoup plus nets et couleurs rafraichies. L'audio en revanche creuse largement la distance avec le DVD et ressuscite l'incroyable richesse sonore de cette oeuvre qui s'écoute autant qu'elle se regarde.

Vrombissements, vibrations et une B.O "d'enfer" (Rammstein, Marilyn Manson et le fidèle Angelo Badalamenti comme chef d'orchestre). Plus que jamais, Lynch nous donne ici à entendre ce qui s'agitte sous la peau du réel...

 

Bilan: Ce Blu-ray reste l'unique moyen d'approcher au plus près l'esthétisme hallucinant de cette oeuvre tortueuse, dérangeante, angoissante mais sans cesse fascinante.

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

 

 Mystery Man

 

 

 

 

  

 

 

 

 

Genèse

 

 

lh151.jpg

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Inconscient 

 

 

c47b7cf046c0af6d141f83be44f082cd.jpg

            

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Lynch                                                                                                              Martin Kessler

 

 

 


 

 

 

 

 

Virgile connections                                                                                      Souffleur de coffrets

 

 

 


 

 

 

 

 

 

514cMCr3eGL._AC_.jpg

 

 

 

1997

2H15

 

LE BLU-RAY  :   L'inévitable bond en définition est bien là. Contrastes beaucoup plus nets et couleurs rafraichies.  L'extraordinaire travail sur l'image de Peter Deming (Mulholland Drive, La Cabane dans les bois) n'a jamais été aussi bien exposé. L'audio en revanche creuse largement la distance avec le DVD et ressuscite l'incroyable richesse sonore de cette oeuvre qui s'écoute autant qu'elle se regarde.

 

Director:

Writers:

,

Stars:

, , |  

 

 

Lost-Highway-david-lynch-11179665-1024-429.jpg

 



09/03/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi