FRANCISCOLAND le grand cinoche des jours qui passent

FRANCISCOLAND le grand cinoche des jours qui passent

LA DOLCE VITA, grande belleza

CLASSIQUE 

FEDERICO FELLINI

 

20472.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Ô miracle !

Après le fabuleux transfert HD de 8 1/2 voici enfin La Dolce Vita sur galette bleue et ce monument déploie ses ailes comme jamais.

50 ans avant La Grande Belleza de Sorrentino, Fellini déroulait le premier un fabuleux poème sur la vacuité et l'ivresse désenchantée d'une haute société rongée par l'ennui et l'absence de sens. Tout est dit sur la vie mais via la grande lessiveuse d'un sentiment tenace "d'à-quoi-bon". Sexe, amour et religion. L'espoir est absent, l'absurde gouverne. Tout miracle est une farce et les illusions font courir les photographes. Du profane au sacré cette fable morbide accouche d'un chef d'oeuvre.

Première rupture avec ses précédents films encore rattachés au courant Néoréaliste (La Strada, Il Bidone et les Nuits de Cabiria) on peut lire dans la Dolce Vita l'adieu au réel. Celui d'un réalisateur prodigieux, dont toute l'oeuvre à venir s'abandonnera désormais à l'onirisme.

 

Dolce_Vita_Trevi_Fountain2.jpg

 

Cette claque atemporelle reste, aujourd'hui encore, un chef-d'oeuvre absolu. Une dérive existentialiste aussi nihiliste sur le fond que soignée sur la forme. C'est noir et c'est beau. Une poésie de la fin du monde que seul un génie comme Fellini pouvait nous servir avec autant d'élégance.

Suprême politesse du désespoir.
Univers pathétique, morbide et fascinant de dandys cyniques, écrivains ratés, poètes dépressifs et fausses divas dérivant dans la profonde nuit romaine. Le Spleen élégant de Mastroianni s'affiche ici dans un sublime noir et blanc où la haute définition fait merveille. Noirs profonds, contrastes solides, niveau de détail renversant.  

Le bonheur est complet et le mythe intact. 

 

La Dolce Vita

Une supplique qui touche au sublime.

L'évidence est là.

Sur l'écran.

Que le sortilège opère ou non sur vous, l'univers Fellinien est résolument unique et inimitable.

Le plus grand film de mon humble collection...

 

 

 

Francisco,

 

 

 


 

 
 
 
 
 
5321-affiche-film-la-dolce-vita.jpg
 
 
 
 

 Il bonus

Collector !  Federico en plein tournage de la scène mythique de la fontaine avec la plantureuse Anita Ekberg  
Le journaliste ne serait pas contre une participation active au tournage.
Echange savoureux...
 
 
 
 
 
 
 
s725-8a95c6.jpg
 
 
 
 
artfichier_777966_3921765_201407145444479.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

LA DOLCE VITA

1960

2H55

 

Le Blu-ray :  un sublime noir et blanc où la haute définition fait merveille.  Noirs profonds, contrastes solides, niveau de détail renversant. Totale redécouverte et extase garantie !

 

Director:

 

Writers:

  (story),  (story), 6 more credits »
 
 
 
 
 la-dolce-vita-marcello-mastroianni-1960.jpg


14/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi