FRANCISCOLAND

FRANCISCOLAND

L'AFFAIRE ROMAN J.

DRAME

DAN GILROY

 

5606839.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est quand même l'avantage des promos "trois pour le prix de deux"

L'occasion de tenter sa chance sur des objets pas forcément identifiés.

Je remercie ainsi "le dieu des opés" Dan Gilroy et Denzel Washington de m'avoir offert l'Affaire Roman J.

Retour glorieux au vrai cinoche. L'idéal pour ceux qui sont lassés du lisse, de la guimauve ou des supers-pouvoirs. Un film sur un personnage peu aimable.

 

Roman est un type à la personnalité ombrageuse, solitaire, un peu autiste et réfugié sur ses convictions. Un avocat confit d'idéalisme et militant habitué à préparer les dossiers et à travailler dans l'ombre. Le scénario le propulse en pleine réalité suite au décès de son associé. Cette confrontation aux petits arrangements du prétoire et autres souplesses du "plaider coupable" vont sérieusement ébranler le quotidien de cet homme verrouillé aux tables de la loi.

 

L'affaire Roman J n'est ni trépidant, ni traumatisant ni même "divertissant". Non, c'est un film un minimum exigeant. L'affaire Roman dresse le fascinant portrait d'un homme confronté à ses limites puis à ses contradictions. L'enjeu repose sur l'humain. Rien que ça et tout ça. Un parcours intérieur passionnant, défendu par un travail d'acteur totalement phénoménal. Quand il ne distribue pas royalement des bourre-pifs en Equalizer Denzel Washington sait incarner des personnages gigantesques et inoubliables. Après son rôle écrasant et charismatique dans Fences Denzel Renonçe à toute séduction et disparait ici dans la peau du gras et mal fringué Roman J Israel. Le tour de force étant qu'il parvient à tirer toute l'humanité de ce personnage si mal accordé à l'existence. Cet acteur né pour incarner le respect et l'autorité n'affiche ici que fragilité et maladresses mais son personnage s'impose comme jamais.

 

roman-j-israel-esq.jpg

 

Quand on aime savourer les grandes direction d'acteurs, ce genre de portrait est un festin. Mais forcément, ce grand film rugueux et refusant la séduction facile a fait un flop. Après l'électrisant Night Call, Dan Gilroy, scénariste et réalisateur, confirme pourtant d'une manière éclatante son statut d'auteur à part entière avec ce nouveau portrait d'un individu jusqu'au-boutiste. Certes il abandonne l'hystérie et la frénésie de son premier film et prend ici le total contrepied en nous fixant au pas lourd et lent de Roman J et à ces introspections, hésitations, dérapages et ruminations. Mais, au-delà de ce qui pourrait n'être qu'un énième portrait de loser Dan Gilroy confère à ce personnage "pathétique" une véritable "aura". Roman acquiert presque la dimension d'un Socrate New-Yorkais tant la fidélité première à ses principes finit par influencer ses collègues. C'est tout le caractère imprévisible et insaisissable de l'existence que Gilroy fait entrer dans son scénario. La vie des êtres, troublée de paradoxes innombrables.

Mais, comme le souligne cet accoucheur de conscience " l'ennemi est à l'intérieur".

Aussi le seul être capable de mettre à mal l'idéalisme et l'intégrité de Roman J c'est lui-même. Cette "'affaire Roman J" est ainsi l'histoire d'un duel sans vainqueurs. Celui d'un individu se heurtant à lui-même dans un monde que seul le pardon rend supportable.

 

Je n'oublierai pas Roman J. Israel.

Dan Gilroy vient de sculpter un nouveau totem au panthéon des plus grands personnages du cinéma américain. Dans la droite ligne des anti-héros des années 70. La photographie comme la BO sont là, d'ailleurs, pour souligner l'hommage à ces grandes années.  Le cinéaste a juste eu le tort d'accomplir ce miracle dans une industrie et face à un public ciné  nourris au spectacle "à sensation" et aux mises en scènes stupidement virevoltantes. Cette oeuvre sur l'intégrité, la faiblesse et le pardon s'est posé au mauvais moment et dans l'indifférence la plus complète.

Voilà pourquoi je plaide aujourd'hui pour la réhabilitation de ce grand film ignoré.

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Sur mesure


 

filmPictureList_353614.jpg

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

61xgVxg82yL._SL1000_.jpg

L'AFFAIRE ROMAN J. ISRAEL

2017

2H

LE BLU-RAY : Hommage aux ombres et lumières des seventies, la peloche 35mm exprime ici toutes les chaleurs de ses matières. La précision et les détails des séquences de jour font triompher la finesse de ce solide transfert HD. Une image de caractère d'une grande élégance, signée du chef-op Robert Elswit ( The Town, Nght Call Mission Impossible, There Will Be Blood). Tout l'art du portrait...

Director:

Dan Gilroy

Writer:

Dan Gilroy
 
 
Laffaire-Roman-J-Denzel-Washington-Colin-Farrell.jpg


17/12/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi