FRANCISCOLAND. à la poursuite du lapin blanc !

FRANCISCOLAND.     à la poursuite du lapin blanc !

JUSQU'A CE QUE LA FIN DU MONDE NOUS SEPARE. Soyons heureux en attendant la mort !

FEEL GOOD MOVIE               

LORENE SCAFARIA  

                                                

20135951.jpg

 

 

 

 

 

 

Pour fêter le 100ème article du blog (j'ai sabré le Perrier) j'ai finalement tapé dans le mode mineur, plus précisément la catégorie "petit-film-tout-discret-mais-qui-fait-un-bien-fou".

Voici donc : Jusqu'à ce que la Fin du Monde nous Sépare.

 

La comèdie douce-amère, c'est tout un Art.

Il faut du coeur et de la délicatesse.

Ici, de la première image au fabuleux final le charme opère.

Voici du cinéma qui vous carresse les yeux et vous berce avec une tendresse infinie.

Une perle rare et précieuse servie sur un Blu-ray irréprochable, compte tenu du budget modeste de cette humble mais ô combien généreuse production.

 

La scénariste et réalisatrice Lorene Scafaria aime ses personnages et prend le temps de nous laisser les aimer. Vous êtes ici à des années lumière de toutes ces vaines explosions et comédies hystériques qui polluent trop souvent les écrans.

Une Fin du Monde qui redonne goût à la vie !

 

20136296.jpeg

 

Avec comme seul effet spécial la richesse de ses personnages, il fallait pour donner vie à l'ensemble, tout le talent de l'irrésistible Steve Carell et de l'adorable Keira Knightley (pas mal de ses films son d'ailleurs chroniqués sur ce blogs si vous me les citez tous vous ne gagnez absolument rien mais je serais content)

Nous touchons alors du doigt cette forme de plénitude pré-apocalypse. Le "What the point"ultime où, à part se serrer fort dans les bras les uns les autres, plus rien d'autre ne compte vraiment.

Humble, fragile, ce couple atypique dit plus de chose sur le sens de notre passage éclair sur terre que dans notre cinéma d'auteur désespérément privé d'auteur.

 

Récit de rencontres qui embrasse différentes manière d'appréhender la fin de nos soucis, le regard tendre et mélancolique de la réalisatrice ne dérape jamais et suit sa ligne avec grâce.  Une mise en scène sans esbroufe mais divinement éclairée par le directeur photo Tim Orr (Joe, Prince of Texas)

 

 Les-sorties-cine-du-8-aout-Jusqu-a-ce-que-la-fin-du-monde-nous-separe-Abraham-Lincoln-chasseur-de-vampires-Voie-rapide_portrait_w532.jpg

 

 

Alors, si vous vous sentez l'âme encore tendre n'hésitez pas, vivez immédiatement ce précieux moment de cinéma. L'occasion de prendre une grande et profonde bouffée d'humanité en attendant la fin !

 

"C'est ainsi que finit le monde, pas sur un boum mais sur un murmure "

 

T.S.Eliot

 

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The end

 


 

 

 

 

 

 

 6928_17.jpg

 

 

 

 

 

 

 

71FtnLouBiL._SL1452_.jpg

 

 

JUSQU'À CE QUE LA FIN DU MONDE NOUS SÉPARE

2012

1H40

 

Le Blu-ray :  Rien à dire. Du beau travail. La HD fait tranquillement son travail d'un bout à l'autre. Détails et couleurs superbes.

Director:

 

Writer:

 

 

 
 
 
jusqu-a-ce-que-la-fin-du-monde-nous-separe-2012-22273-381783724.jpg
 


31/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi