FRANCISCOLAND

FRANCISCOLAND

JURASSIC WORLD, la saga énorme qui pète

SF 

COLIN TREVORROW

 

290294.jpg

 

 

 

 

 

 

You created a monster!

Monster is a relative term. To a canary, a cat is a monster. We're just used to being the cat.

22 après Jurassic Park, le discours reste le même : On ne fait pas joujou avec la nature sans se brûler les ailes, voir même y laisser des plumes. L'homo sapiens est vite ramené à sa juste place. A savoir un gibier comme un autre, maladroitement planqué derrière sa technologie high-tech.

 

Do not touch the dinosaurs !

Pire n'essayez même pas d'en inventer un. Jouer avec de l'ADN fossilisé dans de l'ambre on a vu ce que ça donnait il y a 22 ans, mais bricoler un truc baptisé Indominus-Rex faut être totalement inconscient! Jurassic World vous le confirme, le monde est devenu fou et l'industrie du divertissement ne s'embarrasse plus de morale. Toujours plus gros. Toujours plus flippant. Dans cette ambiance joyeusement trépanée le spectateur détendu prend un pied monstrueux à savoir que tous ces joyeux visiteurs vont vite se mettre à cavaler dans tous les sens en appelant leur mères. Et non seulement ça arrive mais ça va être carrément fuckin'awesome !

 

2424_SB_00015NBR_2040.0.jpg

 

Le rêve de John Hammond, le savant du premier opus de sir Spielberg, est donc devenu réalité. Vous ne visiterez pas un parc d'attraction en avant-première avec une poignée de scientifiques mais vous suivrez les jeunes Zach et Gray au milieu des milliers de visiteurs du monumental Jurassic World, le Disneyland du Dino!

 

Ces deux-là ont bien de la chance car ils ont un pass qui leur permet de se promener librement d'une attraction à l'autre sans faire la queue, ce qui pour le rythme du film est un vrai plus. Ce sont des VIP. Normal, leur tata n'est autre que Claire Dearing, la responsable technique du square en question. Une nana qui gère à fond sa carrière mais qui est seule, un peu égoïste et coiffée comme une danseuse du Crazy Horse. On sent bien que des épreuves gratinées l'attendent et vont la transformer en mère courage (comme Sam Neill dans Jurassic Park). Elle ne sera pas seule puisque très vite arrive Chris Pratt (depuis Les Gardiens de la Galaxie je suis fan de cet acteur Harrison-Fordien). Un dresseur de Raptor bien carré et à la cool qui va te retourner comme une crêpe la gérante du parc et faire comprendre à tout le monde (comme Jeff Goldblum dans Jurassic Park) que le contrôle n'est qu'une illusion.

Mais ne spoilons pas davantage.

 

276CC5FD00000578-3075451-image-a-1_1431253478918.jpg

 

Vous avez bien compris qu'en achetant ce Blu-ray top-démo vous n'achetez pas un film mais deux heures d'attraction. Faut juste être au courant avant, histoire de ne pas écrire des critiques assassines comme quoi ce film oublierait sois-disant de s'interroger plus en profondeur sur la raison de notre bref passage sur Terre. Le poète et philosophe Christian Bobin peut écrire que "le sourire est la seule preuve de notre passage sur terre" moi j'insiste sur le fait que voir Brice Dallas Howard cavaler en talons aiguilles devant un bon vieux T-REX  pour sauver la vie de ses neveux agressés par l'Indominus souligne AUSSI l'intérêt du passage.

 

La vie peut être longue et tragique, certes, mais on peut garder le sourire en sachant qu'il existera toujours des trucs énormes et fun comme Jurassic World. Des films décontractés du scénar mais tellement bien foutus, avec tout plein d'effets spéciaux extras. De ces films ou tu peux même aller chercher plein de trucs dans le frigo ou les Granola dans le placard sans jamais perdre le fil de l'histoire.

Un film de famille.

Un vrai.

Où tu peux demander au fiston de te raconter ce que t'as loupé à cause du frigo.

- En fait l'Indominus-Rex è s'est barrée!

- Déconnes!!!

- Non, en fait elle a griffé le mur d'enceinte pour faire croire qu'elle l'avait escaladé et elle a fait baisser la température de son corps pour ne plus répondre aux signaux thermiques. Du coup, ben,  les mecs sont entrés dans l'enclos et là l'Indominus-Rex s'est jeté sur eux. Il en a bouffé un et Owen Grady s'est arrosé d'essence pour ne pas que  l'Indominus puisse le repèrer.

- Putain... énorme.

- Ouais c'est clair, passe-moi un Granola, papa.

 

 

 

 


Jurassic-World--Super-Bowl.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuité


 

 

jurassic-world-raptor-938849.jpg

 

 

 

 

 

 

`

 


 

 

 

 

 

 

 

 

jurassic-world.jpg

 

 

 

 

 

JURASSIC WORLD FALLEN KINGDOM !

J.A. BAYONA

 

 

5e78380e6648c5a9de1e7dd8d1308eda.jpg

 

 

 

Bon, alors voilà, la bonne nouvelle c'est que la re-saga continue !!!

Après le remake de J.P. voici donc le remake de The Lost World.

C'est toujours aussi divertissant mais, ô bonheur, encore plus con.

Adieu crédibilité, bonjour crétinerie abyssale. Ici on rampe à quelques centimètres de la lave sans se faire suer et on fait cavaler du dinos sur les toits d'un château. Bayona nous offre ainsi un concept plutôt rafraichissant et novateur, celui du Dino-gothique. Et c'est tellement neuneu que ça fonctionne à fond. On tient là un peu La Grande Vadrouille du film de Dinosaures.

Le tandem Chris/Bryce tire un peu sur la corde, l'effet de surprise et l'alchimie du premier opus est ici bien éventé mais, attention, y a le retour de Jeff Goldblum qui annonce rudement bien le chaos à venir.

Et le chaos se pointe. Le film se barre en couille, c'est du super n'importe quoi, Y a de l'éruption, tout plein de lave et d'explosions en CGI, un giga incendie qui crame toute l'île et puis après du voyage en bateau façon King-Kong et pis après les Dinos ils arrivent tranquilou au château. Livrés en cage. C'est le service Amazon du Tyrannosaure bien fâché direction Downton Abbey. Et pis encore après, forcément, la vente aux enchères part en vrille et là c'est carrément la fête du croc. Ça rugit dans tous les sens, ça boulotte de l'humain dans tous les coins de couloir, ça cavale jusque dans les chambres d'enfants avec de toujours de supers effets CGI vraiment très bien faits.

 

2482_SB_00012R.jpg

 

Bon voilà, c'est super, j'ai tout bien spoilé mais franchement ça valait le coup parce que ce Fallen Kingdom a vraiment de quoi ensoleiller ton dimanche soir en débridant grave ton home-ciné et en faisant flamber les pixels de ton écran de malade UHD. Pour se reposer l'intelligence je ne vois rien de meilleur à l'horizon.

C'est du bon, du gras, du gros et solide nanar fait avec plein de sous et qui fera rire nos enfants dans dix ou quinze ans.

Si vous trippez sur Sharknado et que vous aimez les éruptions volcaniques et la vie de château alors ce film est fait pour vous!

Bon forcément, c'est comme avec la malbouffe. T'avais très faim, t'avais envie de Dino, tu t'es gâvé et après t'as un peu honte d'avoir bouffé de la merde.

Mais sur le moment, faut reconnaître que ça fait quand même du bien partout.

Le seul truc triste c'est que mon fiston, lui, a bien grandi et qu'il n'a pas eu envie le voir.

Du coup je l'ai regardé tout seul et sans Granolas.

 

 

 

 

Francisco,

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 LES BLU-RAY !


 

 

81qIRuXaEAL._SL1308_.jpg

 

 

 

JURASSIC WORLD

2015

2H

LE BLU-RAY:  C'est énorme. Numérique, 35 mm, Super 70, la valse des sources et formats de compétition offre un déluge de sensation HD à tout dévorer.  L'aspect argentique qui patine l'ensemble n'entrave jamais un piqué et un niveau de détail olympiques. Welcome to Jurassic world!  


Director:

Writers:

(screenplay), (screenplay), 5 more credits »
 
 
 
 
clair-steelbook-jurassic-world-2-496x600.jpg
 

 

JURASSIC WORLD   FALLEN KINGDOM

 

2018

 

2H05

 

 

LE BLU-RAY Concernant Fallen Kingdom là on tombe dans le numérique bien lisse. C'est tout propre et bien piqué mais sans patine. Rien à dire côté technique, mais finalement c'est un peu le problème. Du top démo à l'encéphalogramme plat.

Director:

J.A. Bayona

 

 

 

 

jurassic-world-fallen-kingdom-tease-920x516.jpg

 



24/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi