LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

EQUALIZER, au terminus des prétentieux

ACTION                                  

ANTOINE FUQUA

 

THE-EQUALIZER-Affiche-Finale-USA.jpg

 

 

 

 

 

 

Vous aimez les super-héros ?

Mais vous êtes fatigué des collants, capes, armures high-tech, gros marteau, combinaisons SM?

Vous êtes resté un môme,  mais vous sentez malgré tout poindre en vous une certaine lassitude à l'égard de ces immeubles qui s'effondrent par paquet de douze et de tous ces types qui creusent une tranchée dans le bitume urbain à chaque fois qu'ils atterrissent?

Plus agaçant encore, vous ne supportez plus ces mecs qui décollent comme une fusée à la moindre contrariété pour aller réfléchir sur deux-trois questions existentielles au fond d'une cave ou au-delà du cercle polaire Arctique?

ALORS, réjouissez-vous.

Francisco a peut-être ce qu'il vous faut.

 

Un acteur super classe dans le rôle d'un vieux routard en peine maitrise de son art.

Cette écrasante supériorité de la vieille école sur une jeunesse défonçée à la testostérone qui se disperse et part dans tous les sens. 

Voici le gars Denzel.

Denzel, il est calme, posé, ne hurle pas.

Mais quand il se bat, ou même simplement refait ses lacets, on se dit que, oui, la justice est en marche. Crédibilité instantanée.

On le savait depuis bien longtemps, Denzel Washington est :

Super balèze

et

d'une folle élégance.

 

denzel-washington-the-equalizer-710x399-4964.jpg

Le scénario, basique, librement inspiré d'une série des années 80, permet de s'abandonner voluptueusement à une réalisation et une photographie étincelantes.

Précisons que Le réalisateur de Training Day et Brooklyn's Finest est aux commandes.

Visuellement, le régal est permanent.

Le bar ou le héros occupe ses insomnies est un savoureux clin d'oeil au célèbre Nighthawks d'Edward Hopper. Le directeur photo, Mauro Fiore, est celui qui a lustré Avatar et Training Day. Soyons clairs et directs, vous n'aurez jamais la sensation d'être en fin de soirée sur une chaine du câble.

Certes, tout ici est totalement prévisible mais le spectacle est incroyablement chatoyant et festif. 

Un peu comme une soirée de Noël (pour ceux qui sont riches et ont encore une famille.)

 

Donc, pour synthétiser, si vous aimez vous adonner régulièrement au petit plaisir coupable d'assister à du démontage de malfaisants  mais en vous offrant un spectacle bien emballé dans la forme et sans vous coltiner un justicier au rire gras et à l'humour bas de plafond : E

qualizer est fait pour vous!

 

equalizer_1.jpg

 

The Equalizer ne va pas régler définitivement le problème de l'insécurité dans le monde mais il va renvoyer la Mafia Russe à la maison-mère. Au terminus des prétentieux.

 

Au début du film, le héros, Robert McCall (un nom certes ordinaire mais qui claque bien viril) apparait comme un vieux loup solitaire, totalement psycho-rigide, affligé de quelques tocs mais dont l'allure générale impose le respect. Certes il travaille chez Casto, mais en quelques plans bien chiadés le décor est posé : ce type respire le Badass mais façon Robin des Bois. 

Il est généreux, prévenant, aspire à l'anonymat MAIS, faut pas se voiler la face : on devine clairement chez ce monsieur un passé glorieux dans l'élite de l'intervention musclée.

Justice et efficacité.

Force et Honneur.

Il va croiser le chemin d'une jeune prostituée Russe, magnifiquement interprétée par Chloë Grace Moretz (l'incroyable Hit Girl de Kick-Ass)  En quelques scènes bien senties, dont une particulièrement émouvante, on sent bien que le destin de la malheureuse va enfin basculer du coté lumineux de la Force. Car, comme chaque plan semble le suggérer :  Ne réveillez pas un Robert McCall qui dort!

 

Voilà

Pour la suite, c'est jour de soldes.

Tout doit disparaitre et vous en aurez pour votre argent.

Les maffieux russes sont hyper-maffieux, les corrompus font pas semblant et le chef des Bad-Guy est un bonheur à détester. De faux airs que Kevin Spacey après deux trois mois de bodybuilding et quelques tatouages bien flippants.

Pour moi le concept est bouclé.

Mission accomplie!

 

 

 

 Francisco,

 

 

 

 

maxresdefault.jpg

 

 

 

 

 


 

 

                                        ps : Attention, ce film n'est absolument pas un remake du " Pauline à la plage" d'Eric Rohmer.

 

 

 

 

 

Nouveau héros

 

 TheEqualizer2-3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

`

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

428021.jpg

 

 

 

 

 

 

 

114340_front.jpg

 

 

 

 

EQUALIZER

2014

2H10

LE BLU-RAY : Top démo. Rien à dire. On se régale de ces couleurs profondes et enveloppantes soutenues par un piqué olympique. On se croirait en 4K.  Disons, 15/10.

 

 

Director:

Writers:

, (television series), 1 more credit »
 
 

 

 bc86fa5548019327bfd0c1bc78e9bea7.jpg

 



17/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi