LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

CARTEL, l'incompris de Ridley Scott

POLAR  / DRAME                                

RIDLEY SCOTT 

 

CARTEL-Affiche-France.jpg

 

 

 

 

 

Visconti se serait régalé.

Voici Les Damnés, version 2013.

HD au rasoir et version longue encore plus noire pour le chef d'oeuvre maudit de Sir Ridley Scott. 

Oui, vous avez bien lu. 

Je parle bien de chef d'oeuvre concernant un film défoncé quasi unanimement par la critique, divers blogs ultra-spécialisés et une bonne partie du public. 

Voici donc ce que j'y ai trouvé, bande de nains.

Dialogues affutés, souvent féroces et saignants. 

Rares mais tétanisantes explosions de violence.

Un jeu d'acteur à faire chialer nos stars hexagonales. 

Gigantesque Cameron Diaz. 

Grotesque, intense et pathétique Javier Bardem.

 

21056857_20131112112953554.jpg

 

Voici une lente descente aux enfers tournée avec une précision diabolique et portée par un scénario signé de l'immense auteur américain Cormac Mc Carthy (La Route, No country for Old Men). Peintre redoutable et furieux, attaché à dépeindre la cruauté du genre humain et l'absurdité de nos misérables conditions. 

Bienvenue ici au bal macabres des losers les plus avides.

Entrez dans ce néo-Fargo écrasé de soleil et au scénar roulé dans la coke et le meurtre sauvage.

Un brûlot nihiliste exposé à tous ceux qui s'attendait au énième polar glamour bien dans ses chaussons et devront déguster à la place, et à la petite cuillère, une longue et vénéneuse leçon de ténèbres.

Un univers où, tandis que les cadavres se dissolvent dans l'acide, chaque personnage se débat vainement, prisonnier de ses pulsions et obsessions. 

Supplique inoubliable d'un avocat perdu suppliant qu'on lui rende son amour et contraint de subir une terrifiante leçon de vie et de mort d'un parrain de la drogue philosophe citant Machado. 

 

Bal des Maudits tétanisant, virant parfois à la farce grotesque, Cartel filera au cinéphile une saine nausée. Parce que Ridley Scott est grand lorsqu'il est en colère. N'en déplaise aux critiques bien-pensantes qui n'ont pas réussi à trouver la case ou ranger ce métrage déroulé au fil barbelé.

Un film-monstre, habité du silencieux hurlement des damnés.

La formule "Y A PAS D'ISSUE !" a trouvé là une solide illustration.

Et ce miracle, ce blockbuster tordu et rageur, délicieusement inconfortable, s'appelle...

CARTEL !

 

 

 

 Francisco,

 
 
 
 
3-format43.jpg
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 

In the Cartel

 

the_counselor_4.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 pitt_a.jpg
 
 
 
 

L'AVIS DES MEMBRES

 

 

SPINALTAP :    "Un diamant brut de noirceur.  Un homme "dépassé par les évènements" est un postulat de départ de nombreux films, mais jamais cette expression n'aura été illustrée d'une façon aussi radicale au cinéma.  Comme un pavé de nihilisme jeté en pleine face."

 
 
 
 6a00e5523026f58834019b010a677a970d-800wi.jpg
 
 
 
 
 71Do4f4oEPL._SL1500_.jpg
 
 
 
 

CARTEL

2013

2H18  Version Longue

1h57  Version ciné

 

 

Le blu-ray :   HD au  rasoir Couleurs, matière, détails, contrastes. C'est tout simplement spectaculaire. Un avant-goùt d' UHD ?

 

Director:

 

Writer:

 
 
 
 
Cartel-1.jpg
 


15/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi