BODYGUARD boulot de pro - Les Chroniques ciné de Francisco. Carnets de route d'un passionné sur les terres du Cinoche! et un r

FRANCISCOLAND amour, cinoche, orages et poésie

FRANCISCOLAND    amour, cinoche, orages et poésie

BODYGUARD boulot de pro

SÉRIE

JED MERCURIO

 

Bodyguard.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils sont forts ces anglais !

Impeccablement réalisé et interprété voici du caviar de thriller qui commence comme une solide série d'action sur fond de terrorisme, et vire au polar conspirationniste façon Trois Jours du Condor. Et tout cela avec un sens du rythme qui ne prendra pas vraiment soin des cardiaques.

Miam !

 

landscape-1534946100-16103281-low-res-bodyguard.jpg

 

Trois grandes scènes d'action habillent et accrochent cette intrigue qui se déploie comme une toile d'araignée et nous emprisonne avec délice. Trois séquences d'anthologie qui par leur maitrise du cadre enterrent bien des délires hystériques jetés grossièrement sur grand écran.

D'abord une scène d'ouverture absolument magistrale de tension. Elle annonçe d'emblée une maitrise du tempo et du montage qui rassure immédiatement sur la qualité du show qui va suivre.

La seconde est une scène d'attentat via des tirs de sniper. Une scène en huis-clos totalement suffocante, vécu dans l'espace clos d'une voiture. Une scène d'action avec un seul point de vue. Un parti-pris radical qui favorise pleinement l'immersion du spectateur impuissant que nous sommes. Le travail sur le son et le cadre forcent l'admiration. Il y avait quelque temps que je n'avais pas trippé à ce point.

Puis vient l'épisode final que l'on vit presque intégralement en apnée (non, désolé,  je n'ai absolument rien spoilé là)

Je cite ces trois piliers du récit car il témoignent de l'intelligence et de l'exigence des grands artisans de ce spectacle de l'écriture à tous les aspects de la mise en scène. On nous secoue et on nous divertis sans nous prendre pour des beaufs.

Cette sensation, rare, est délicieuse.

 

Bodyguard c'est du boulot de pro, défendu vaillamment par l'interprétation fébrile et habitée de l'ex Robb Stark de Game of Thrones Richard Madden. Six épisodes sculptés avec rigueur qui vous offrent beaucoup plus que ce que l'on attend de ce genre de série. Rien de révolutionnaire sur le fond et le discours sur la face cachée du pouvoir mais nous sommes ici dans le grand luxe de l'action qui scotche et du suspense qui coupe le souffle.

Le savoir-faire, quand il est ébouriffant à ce point, suffit à combler toutes les attentes.

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 4604404--bodyguard-opengraph_1200-2 2.jpg

 

 

BODYGUARD

2018

6 épisodes

L'image : La photographie affutée de sir John Lee accouche d'une définition au scalpel. Le flux HD Netflix fait royalement le job.

Creator:

Jed Mercurio
 
 
 
 
16190420-low_res-bodyguard_0.jpg


28/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi