Les Chroniques Ciné de Francisco

Les Chroniques Ciné de Francisco

FARGO, le bal des nazes

POLAR CULTE

COEN BROTHERS

 

 

tumblr_mo2pn474vS1rovfcgo1_1280.jpg
 
 
 
 
 
 
 

Tout beau.

Fargo, enfin conforme à la vision en salles !

Un bal des nazes grandiose et totalement jouissif dans un nouveau transfert Blu-ray qui flatte grandement la bête.

 

Nous voici enfin devant une image délivrant une pure sensation "argentique". Grain mieux géré et, 4K oblige, une précision et un niveau de détail dans l'image assez bluffants.  Remastérisé en profondeur, les étendues neigeuse sont d'un blanc immaculé et ne virent plus au bleu ou au gris sale. Le précédent blu-ray n'était pas une infamie, loin de là, mais ici le travail sur la photographie est religieusement respecté. Voici donc une image parfaitement homogène à l'étalonnage des couleurs respectueux de la photographie d'origine.

 

 

artfichier_777966_3920947_201407135709298.jpg

 

 

Je ne m'étendrai pas trop sur le fond.

Tout a déjà tellement été dit, écrit et philosophé sur cet objet de culte.

Inspiré d'un hallucinant, grotesque et sordide fait-divers, Fargo représente pour moi la quintessence de l'art des frères Coen (avec No Country for Old Men..) Une véritable poétique de la loose déclinée de films en films. Le concept paysage enneigé, plans foireux, flics pépères, et boucherie finale fonctionne d'ailleurs pleinement dans la déclinaison du mythe en série.

C'est terrible, drôle, horrible, sanglant, truculent. Une farce macabre dont on n'a jamais fini d'épuiser les richesses et que l'on savoure avec le même plaisir à chaque nouvelle séance, gourmands et impatients que nous sommes à nous laisser embarquer dans un royal enchaînement de scènes toutes plus cultes les unes que les autres défendues par les savoureuses prestations de William H Macy, Frances Mcdormand, Steve Buscemi et Peter Stormare. 

Bref, un style et une manière éblouissante de marier le tragique au comique dans l'écrin d'un sens du cadre à l'épure et d'une photographie dense en atmosphères signées du frère d'armes, le king des directeurs photo : Sir Roger Deakins. Le tout sur un inoubliable score musical du fidèle Carter Burwell. 

Tous formant une véritable famille cinématographique sculptant avec dévotion les chefs-d'oeuvre des inimitables et imprévisibles frangins Coen.

 

Alors, si vous êtes un puriste, repassez sans honte à la caisse et enjoyez the show again and again !

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 

Lien                                                                                                                      Meurtres en série !

 

 fargo_xlg.jpg
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

Chroniques  Coen

 

 

artfichier_777966_7960352_201811185059913.jpgartfichier_777966_5228302_201510213646585.jpgartfichier_777966_5285670_201511155543370.jpg51h-sGEFw1L._AC_.jpgartfichier_777966_5611574_201604101320312.jpg



 

 
 
 
 artfichier_777966_3920943_201407135439770.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

1996

1H40

 

 

LE BLU-RAY  Pure sensation "argentique". Grain mieux géré et, 4k oblige, une précision et un niveau de détail dans l'image assez bluffants. Voici donc une image parfaitement homogène à l'étalonnage des couleurs respectueux de la photographie d'origine. Remastérisé en profondeur, les étendues neigeuse sont d'un blanc immaculé et ne virent plus au bleu ou au gris sale. Le précédent blu-ray n'était pas une infamie, loin de là, mais ici le travail sur la photographie est religieusement respecté. 

 

 

Directors:

  (uncredited)

Writers:

 
 
 9742_21.jpg


13/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi