SUR LES AILES DU SOIR

SUR LES AILES DU SOIR

12 YEARS A SLAVE, Horreur et splendeur

DRAME ÉPIQUE                                   

STEVE MCQUEEN

 

 

don_t_just_survive___12_years_a_slave_poster_by_disgorgeapocalypse-d79a20g.png.jpeg

 

 

 

 

 

 

Depuis Shame et Hunger, Steve McQueen poursuit son oeuvre sur l'avilissement et la déconstruction des individus.

12 Years a Slave confronte le spectateur à l'horreur brute de l'esclavage.


Il est bon de rappeler que les champs de coton, avant d'être le berceau du Blues, furent d'abord un lieu d'humiliations quotidiennes et de tortures.

De l'humanisme un peu lâche à la cruauté la plus extrême, tous les comportements y sont exposés. 

Idem pour les victimes où la résignation et l'obéissance côtoient la résistance la plus jusqu'au-boutiste. C'est toute la force d'une histoire vraie lorsqu'elle est construite sur la base d'un récit rigoureusement détaillé. Celui qu'en fit la victime, Solomon Northup dans son ouvrage du même titre. 

Ce terrible chemin de croix (thématique commune aux trois films du réalisateur) est d'autant plus efficace qu'il s'exprime dans un cadre magnifique tout au long d'un long-métrage d'une beauté plastique renversante. Paradoxe redoutable de la forme et du fond qui offre à chaque tableau de cette oeuvre de maître une force cinématographique évidente. Paradoxe, également d'un pays baptisé "Land of freedom" bâti sur le génocide indien et la traite des noirs.

 

Il faut saluer, à l'image, le travail encore une fois admirable de son directeur photo attitré Sean Bobbitt (qui a récemment signé la photographie du magnifique The Place Beyond the Pines)

La maitrise du cadre tenu régulièrement par l'usage du plan fixe ou des longues prises, ajoute à l'intensité de l'ensemble. Plan fixe sur le visage du personnage central exprimant toute la douleur du monde à travers le regard habité de Chiwetel Ejiofor. Un regard, implorant, se dressant vers le ciel avant de se porter sur le spectateur dans une terrible expression de supplication. Face à l'horreur le silence règne. La scène de "punition" la plus éprouvante du film est également filmée en plan séquence. Pas de répit pour le spectateur, témoin impuissant d'un acte de cruauté absolu saisi dans un seul mouvement de caméra étirant l'instant jusqu'à l'insoutenable. Nous sommes bien là devant une oeuvre de maître usant avec une intelligence rare de tous les outils et ressorts du cinéma. Pas de trucs ni d'esbroufe. Chaque plan libère l'énergie du récit et expose, avec grâce, l'inspiration d'un des plus grands réalisateurs américains en exercice.

 

 

131017_MOV_12Years.jpg.CROP.promovar-mediumlarge.jpg

 

Saluons également la rigueur de la direction artistique. Costumes et décor respirent l'authenticité. C'est du travail d'artiste. Tout au service de ce chant de douleur. Celui d'un poète enragé. Le réalisateur d'Hunger témoigne une nouvelle fois de sa fascination pour l'humain, sa lumière et ses abîmes. 

 

Tout est en place. Et pour longtemps.

Par la force de son récit, l'élégance de sa mise en scène, la maitrise du découpage, le charisme de ses interprètes et la partition musicale de Hans Zimmer, cette nouvelle réalisation de Steve McQueen deviendra un incontournable classique.

Oeuvre suffisamment sensible et viscérale pour être accessible au plus grand nombre. Une posture "expérimentale" ou "film d'auteur" sur un thème pareil aurait condamné cette oeuvre à une audience confidentielle. Or, 12 years... devrait être projeté à tout les publics comme dans tous les lycées.

L'esclavage est une aberration à combattre sans relâche. Sachant que, partout dans le monde, les "humains niés et écrasés" sont toujours à l'ouvrage.

Le film est éprouvant, rude et sans rondeurs, mais il est "vrai" et "juste".  

Une manière honnête et courageuse de confronter notre regard et notre conscience à cette horreur brute de l'Histoire.

Un crime contre l'humanité finalement impuni.

Oeuvre essentielle, universelle et nécessaire.

 

 

Francisco,

 

 




              Oscar du meilleur film 2014

 

 

 

 

Making Twelve Years

 

 

 

 

 

 

 Une étoile est née

  

 

 

 

 

 

L'avis des membres

 

 

Boelle      Enfin ! Après Racines et Venus noire, un film traitant de l esclavage, terriblement juste , des scènes insoutenables mais un film essentiel !

 

 

 

 

artfichier_777966_3958362_201407282856319.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 YEARS A SLAVE

2013

2H15

 

 

Le Blu-ray :  Une image resplendissante, ruisselante de détails. Un Blu-ray écrasant de maitrise technique

 

 

Director:

 

Writers:

  (screenplay),  (based on "Twelve Years a Slave" by)

Stars:

 

 

 

 

12_years_a_slave_1.jpg

 



26/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi