Les Chroniques Ciné de Francisco

Les Chroniques Ciné de Francisco

ANOMALISA, l'enfer c'est nous !

ANIMATION SPLEEN                      

CHARLIE KAUFMAN & DUKE JOHNSON

 

 

 

anomalisa 2.jpg

 

 

 

 

Un personnage singulier.

Charlie Kaufman.

Brillant scénariste des vertigineux, délirants, bouleversants, renversants, Dans la Peau de John Malkovich, Adaptation ou Eternal Sunshine of the Spotless MindÀ la plume et à la réal, il nous offre ici son premier poème que l'on pourrait qualifier de "réaliste" sur la fondamentale confusion des sentiments, la question de notre identité et la maladie mentale. Et pour se débarrasser des gros sabots des oeuvres à la psychologie lourde, le voici plongé dans l'univers du cinéma d'animation. Brillante idée !

Ne sommes-nous pas tous et toutes les marionnettes du destin, de nos désirs ou de nos peurs ? (J'avoue c'est pompeux, mais vous voyez ce que je veux dire)

 

 

Anomalisa2.png

 

 

Chaque plan m'a fasciné.

De l'animation image par image accomplit avec un soin d'orfèvre. Mouvements, décors, lumière, instaurent un climat résolument ordinaire mais dans un univers de poupées. 

Anomalisa est le résultat d'un travail de dingue pour un récit minimaliste. 24h dans la morne existence de Michael Stone. Auteur d'un best-seller "Comment puis-je vous aider à les aider". Ce personnage, paradoxalement totalement déprimé, semble imperméable à l'existence de ceux qui l'entoure et n'entend en permanence qu'une seule et même voix. Femme ou hommes tous s'expriment avec le timbre monocorde de l'acteur Tom Noonan ( Manhunter, The Leftovers).

 

Voici donc l'histoire désolante du solitaire et taiseux Michael, échoué pour une nuit dans un hôtel de Cincinnati, à la veille d'un congrès réservé aux pros de la relation-client.

Tout à coup coup, va se détacher la voix de Lisa... L'univers sclérosé de l'écrivaillon va alors laisser entrer un peu de lumière...

 

 

anomalisa_01.png

 

 

Chronique d'une névrose (le nom de l'hôtel où séjourne le personnage principal délivre un indice majeur) Anomalisa reste un objet délicieusement étrange et résolument unique.

S'offrir le luxe de la lenteur et de la banalité la plus déprimante dans le cadre du cinéma d'animation est toujours un geste artistique fascinant. Ce qui aurait pu être particulièrement plombant avec des acteurs de chair et de sang devient ici un inédit ballet de vie et de petite mort. L'inconfortable et non-simulée scène de sexe (On ne va pas se mentir, ce film n'est pas pour les enfants!) est une première dans l'univers du stop-motion : la vie sexuelle de tristes automates.

 

Surprenant, dérangeant, le récit d'Anomalisa fait ainsi la guerre aux histoires d'amour trop souvent lénifiantes qui brident notre imaginaire et notre compréhension du monde.

Celle-ci, triste et douloureuse, ne fera rêver personne, mais elle est défendue admirablement par le travail des animateurs et les voix inspirées des acteurs David Thewlis (Naked, The Lady) et Jennifer Jason Leigh (Les Huit Salopards, Existenz, Short Cuts)

Le message est universel.

Chaque individu est seul et pile au centre de nulle part.

C'est dur.

C'est âpre.

Mais, expliqué avec des poupées, ça passe un peu mieux.

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Anomalisa-1.jpg

 

 

 

 

 

Détails

 

 

la-ca-mn-anomalisa-kaufman-johnson-20151227.jpg

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 154748_front.jpg

 

 

2015

1H25

LE BLU-RAY : Au plus proche du travail accomplit. Hypnotisant. On ne dira jamais assez combien la HD sublime le travail dans le domaine de l'animation.

Directors:

,

Writers:

, (play) (as Francis Fregoli)
 
 
video-anomalisa-outside-the-studio-system-featurette-superJumbo.jpg

 



09/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi