LES AILES DU SOIR

LES AILES DU SOIR

A.I INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, Spielberg à coeur ouvert

CONTE  SF                     

STEVEN SPIELBERG

 

 

41209.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est son seul gros défaut selon moi :

une scène d'introduction laborieuse et lourdement explicative. Ensuite, le film commence. Et quel film !

 

Avant de rentrer, petit détour technique.

Ami(e) lecteur, lectrice, la revoyure en Blu-ray s'impose.  La photographie saturée de Janusz Kaminski trouve ici l'écrin idéal. Un travail sur le cadre et la lumière impressionnants contribuant à la réussite esthétique du film et nourrissant en permanence cette sensation de rêve éveillé. Une manière de voir le monde à travers le regard d'un être peinant à accéder au nôtre.  Cette texture visuelle comme "éblouie" traduit aussi bien l'amour infini de l'enfant robot pour sa mère adoptive comme son aveuglement face à la réalité. Cette photographie marriant le tragique  au  féérique confère toute sa cohérence à ce conte futuriste visionnaire et bouleversant. L'épatante direction artistique, décors, costumes, véhicules, fait le reste. Ce n'était pas encore l'époque du tout CGI et la présence de matières et décors en dur ajoutent un charme supplémentaire à ce grand cru de vingt ans d'âge.

Le grain d'origine, très présent dans les scènes d'intérieur, est conservé mais le niveau de détail et bien là et offre un confort visuel incomparable par rapport au DVD. La séquence dans Manhattan envahi par les eaux est un régal en HD. Voici donc une douce et somptueuse redécouverte de cette oeuvre injustement boudée à sa sortie. Passionnante relecture du Pinocchio de Collodi regorgeant de visions fascinantes et d'effets extraordinaires. Le destin tragique d'un enfant-robot accédant aux sentiments. 

 

 

7thAI2.jpg

 

Se retrouve dans la dureté du parcours de l'enfant le pessimisme glaçant de Kubrick (à l'origine de l'idée matrice du scénario, du premier synopsis et de longs et fructueux échanges avec le réalisateur de E.T ) mais affleurent également toute la tendresse et l'humanisme de Spielberg et ce mariage de géants m'a totalement conquis. La féérie de maître Steven contraste avec bonheur sur la noirceur du propos. C'est toute l'intelligence de Kubrick de lui avoir confié son scénario : Il fallait un coeur tendre à cette parabole pour que l'ensemble puisse émouvoir à ce point.

Pas de niaiserie pour autant. Le regard que pose le réalisateur sur ses  personnages est empreint d'une profonde mélancolie. Celui  d'un cinéaste hanté par la perte de l'innocence. À ce titre A.I. n'en est que plus émouvant.  Voici une oeuvre rare, aussi spectaculaire qu'intime, dans la carrière passionnante de ce réalisateur qui, comme Kubrick, a réinventé le cinéma en nous offrant le sien. Bel hommage d'un maître à un autre. Tous deux ayant repoussé les frontières et hissé les exigences du cinéma de divertissement à leur plus hauts degrés. (Du moins à cette époque, le second et récent hommage de Steven à son ami Stanley dans Ready Player One me laissera plus circonspect)

 

Chant d'amour désespéré, Intelligence Artificielle bénéficie de l'interprétation totalement stupéfiante du petit génie Haley Joel Osment. ( Le Sixième Sens )  Ce petit bout d'homme est le plus bel "effet spécial" du  film. Sa prestation me broie le coeur à chaque nouvelle vision. À l'image de l'enfant-robot du film, A.I.  est  "l'incompris" dans la filmographie de  Spielberg. Souvent moqué pour sa sois-disante candeur, il s'agit pourtant d'un mélodrame SF flamboyant porté par la partition épique du légendaire compositeur John Williams. Un chapitre majeur sur le thème de l'intelligence artificielle que l'on peut ranger aux côtés de Blade Runner, Ghost in the Shell ou Ex Machina.

 

Pour l'avoir revu récemment, je déclare officiellement qu'il s'agit là d'un grand moment de cinéma.  C'est pompeux, mais il fallait bien que quelqu'un le crie haut et fort.

 

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1032_14_screenshot.png

 

 

 

 

 

Spielberg / Kubrick

 

 

A.I.-Artificial-Intelligence-2001-3.png

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

4066_16.jpg

 

 

 

 

 

 

Steelbook Fnac dispo 7 avril 2021 

 

A-I-Intelligence-artificielle-Steelbook-Blu-ray.jpg

 

 

2001

2H25

Le Blu-ray :  Une douce et somptueuse redécouverte de cette oeuvre injustement boudée à sa sortie. Grain respecté.  Niveau de détail savoureux. La photographie parfois "saturée" du film peut enfin exprimer toutes ses nuances. Une sorte de top-démo avec du grain, vous voyez le genre?

 

Director:

Writers:

(short story "Supertoys Last All Summer Long"), (screen story), 1 more credit »
 
 
spielberg+osment+ai.jpg
 
 


12/02/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi